A la recherche du temps perdu....

Toussaint Lenglet Cordonnier

Aujourd'hui troisième samedi du mois, c'est le traditionnel Rendez-vous Ancestral. J'ai ma petite idée sur la personne que je vais rencontrer... les nouvelles vont vite !

 Sans surprise, me voici de nouveau transportée à Bertry. Je me doutais bien que mon ancêtre Emerile LENGLET allait me "convoquer". C'est qu'il a eu vent de l' article de François Lenglet  paru récemment : "des cordonniers dans un monde rural", article qui se terminait par la phrase :

"Il semble bien que, à la mort de Jean Philippe, en 1793, la famille Lenglet abandonne le métier de cordonnier" 

Descendants de martin lenglet

Allons donc affronter l' arrière-arrière-grand-père !

Bertry rue de cambraiNous sommes le samedi 18 octobre 1884. Je déambule tant bien que mal sur les pavés humides de la rue de Cambrai (j'ignore le numéro de la maison) jusqu'à ce que je trouve.

Emerile Alfred LENGLET, 47 ans  est le grand-père de mon grand-père Marc LENGLET. Marié depuis près de vingt cinq ans  à Apolonie PRUVOT,  également âgée de 47 ans.

Le couple a deux enfants, Adolphe, l'aîné dont je descends, et Alfred.

Emerile semble enchanté de faire connaissance de la petite-fille de son petit-fils Marc. Echange d'amabilité, je me déclare ravie de faire le connaissance d'un aïeul au prénom si original ! En effet, je n'ai trouvé sur Geneanet que 19 hommes portant ce prénom, tous entre 1830 et 1890. Quant à son l'origine, c'est le mystère le plus complèt.

Emerile exerce la profession de cordonnier, enfin pas tout à fait, il est "bottier cordonnier". C'est qu'il tient à l'appellation exacte ! Il m'explique :

Le bottier fabrique des chaussures sur mesure à la main,  avec des matériaux de grande qualité, des peausseries. Son travail est créatif, il conçoit, découpe, assemble des pièces pour former un objet unique. Il est parfaitement complémentaire avec son épouse, couturière de son état. Bien sûr il fait aussi le cordonnier. Dame, il faut bien vivre !

Cordonnier de pere en filsIls sont cordonniers de père en fils sur plusieurs générations 

Son métier il l'a appris de son père Rémi LENGLET, surnommé au village "Rémi Metasse" allez savoir pourquoi !  Quant à Rémi c'est auprès de son grand-père Toussaint LENGLET qu'il a appris les bons gestes.

Jusque là, je parviens à suivre ! je n'interromps pas mon interlocuteur. Cela se complique un peu dans ma tête lorsqu'il m'explique que Toussaint est le neveu de Marie Anne Joseph, la fille de Martin....

Tu suis toujours ma petite fille ?

Je prends note et je laisse filer, il faudra que je vérifie tout cela au calme.  En attendant je botte en touche et, afin de détourner la conversation, je m'enquiers des enfants :

1885 alfred lenglet instituteur adjointAdolphe son aîné (mon arrière-grand-père) a appris le métier avec lui, il lui donne un coup de main de temps en temps mais il ne reprendra pas l'échoppe. Pas plus qu'Alfred le cadet.

Tous deux rêvent d'être indépendants, de s'acheter des métiers et de s'installer fabriquants de broderie. Mais ils n'en sont pas là, pour l'instant, l'aîné effectue son service militaire, et le cadet est instituteur adjoint.

Je prends également des nouvelles d'Apolonie, mon arrière-arrière-grand-mère.  Le visage d'Emerile se ferme. Depuis quelques temps elle a perdu son allant,  elle se plaint de douleurs et d'une plaie qui ne se passe pas,  il bougonne quelques mots sur  les "affaires de femmes" et pose la main sur sa poitrine pour me préciser les choses.

Je ne peux pas lui dire à quel point ses craintes sont fondées et que, dans moins de deux ans, Apolonie aura sucombé à 49 ans d'un cancer du sein généralisé.

Pour faire diversion à nouveau je l'interroge sur cette "vocation" qui les amène à devenir cordonnier sur plusieurs générations. Le regard malicieux d'Emerile s'éclaire d'un sourire.

Tu ne connais pas la chanson ma petite fille ? Elle est pourtant très ancienne, plus de 100 ans !  

Aux marches

 

   C'est en fredonnant que je quitte Emerile, décidément beaucoup plus sympathique que je ne le craignais, pour retrouver le XIXe siècle

    Y a une tant belle fille lon là....

     Y a une tant belle fille ! ...

    C'est un p'tit cordonnier qu'a eu sa préférence lon là....

 

 

 

 

En commentaire :

-  En ce qui concerne la maison rue de Cambrai, il pourrait peut-être s'agir d'une maison située à proximité du temple appartenant à la famille PRUVOT. Je n'ai cependant aucune certitude. Aucun des actes, naissances mariages, et même la succession après le décès d'Apolonie ne fait apparaître une maison et  une adresse précise. J'ai relevé l'information sur l'acte de décès d'Emerile. 

D lenglet emerile 1906

    Suite d emerile

 

 

- Je ne suis pas parvenue à trouver la fiche matricule d'Adolphe mon arrière grand-père et pourtant celle d'Alfred indique bien que celui-ci est dispensé d'obligation militaire, parce que son frère est au service.

- les informations relatives à "Remi Metasse", et à la santé d'Apolonie sont transcrites à partir de souvenirs receuillis auprès de ma tante, Gaby Lenglet.

- J'ai compris la relation entre les deux branches de LENGLET !

le quatrième enfant de Martin LENGLET : Marie Anne Joseph, est mariée à Philippe HAIME, pendant que Anne HAIME sœur de Philippe, est la mère de Toussaint LENGLET.

A noter que le père de Anne et Jean Philippe HAIME Jean-Baptiste est également cordonnier. L'expression "on reste en famille" n'a jamais si bien convenu.Filiation

- En relisant les informations de François-Marie LENGLET, je découvre que nous descendons tous les deux de Jean-Baptiste LENGLET le sixième enfant de Martin. Voilà qui ouvre des perspectives, nous sommes donc plus cousins que nous ne  le pensions. Une piste à creuser dans un proche avenir.

Si ce n'est déjà fait je vous invite à lire l'article de fond écrit par François-Marie sur la profession de cordonnier à travers les sièces.

Retrouvez les données généalogiques ICI

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 16/10/2021

  • 4 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • VERONIQUE ESPECHE
    Emerile et Apolonie ... Deux prénoms qui sortent de l'ordinaire
    Très joli billet pour ce RDV Ancestral au milieu des chaussures ... et tu ne t'es pas emmêlé les pieds même si tu "bottes en touche" sur le coup ... pour mieux y revenir
  • François Marie Lenglet
    Un grand merci pour ce travail sur notre ch'tite famille, ce qui est extraordinaire, c'est que tu soit remontée jusqu'à l'histoire de Remi Metasse et de la pauvre Apolonie.
    Un grand merci pour avoir retrouvé notre ancêtre commun Jean Baptiste Lenglet (1736-1789) et il est probable que d'autres surprises nous attendent.
    De mon coté, je vais essayer de reconstituer l'histoire de Jean Baptiste et ainsi de reconstituer l'histoire des mulquiniers.
    Bises à ma cousine
  • Leclercq Maurice
    • 3. Leclercq Maurice Le 16/10/2021
    Un instant j'ai pensé que ton Toussain Lenglet était celui de Denise, mais après vérification dans l'arbre le notre est de troisvilles et l'arrivée de cette branche à Bertry date de 1785 lors de son mariage avec Herbet Claudine sa première épouse.
    A+ Momo
  • Bruneau Christiane
    • 4. Bruneau Christiane Le 16/10/2021
    Tu as bien réussi à lui clouer le bec à ce cousin !!!!

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.