A la recherche du temps perdu....

Ourdisseuse

Ourdisseuse, n'est pas à proprement parler d'un métier d'autrefois, mais comme il n'y a quasiment plus d'industrie textile en France, cela revient au même.

Vingt sept femmes, pour un seul homme, exercent cette profession dans mon arbre, en réalité il y en a probablement beaucoup plus, c'est que la profession des femmes n'est pas systématiquement enregistrée dans tous les actes.

Implantations ourdisseusesIl semble que la population masculine soit quelque peu sous-représentée dans ma généalogie puisque les statistiques Généanet, dans ca cartographie ci-contre, evaluent la moyenne nationale à trois femmes pour un homme. Nous dirons que dans le cambrésis c'est clairement un métier de femme.

Presence dans le tempsEn réalité il s'agit là d'un métier plutôt "moderne" en ce sens qu'il est né le la mécanisation après des siècles de filage et de tissage artisanal. D'ailleurs la totalité de mes ourdisseuse est née entre 1830 et 1910.

 

L'ourdisseuse, est celle dont le métier est de préparer les fils de la chaîne avant de les placer sur le métier à tisser. Pour se faire elle se sert d'un ourdissoir.

L'outil peut prendre différente formes, horizontales ou verticales mais  il s'agit toujours d'un tambour sur lequel sont juxtaposés, en une tension uniforme, les fils de même longueur et en nombre déterminé, qui doivent composer la "chaîne". Pour mémoire, le tissage consiste à entrecroiser les fils de chaîne  (fils tendus dans le sens de la longueur du métier à tisser) et les fils de trame (fils tendus dans le sens de la largeur du métier à tisser).

La profession nécéssite des compétences. Dans le livre "Parcours de femmes" je note cette remarque : "Parmi toutes les ouvrières qui participent aus différentes étapes de la préparation de la soie, les ourdisseuses sont les seules dont l'activité s'apparente à un véritable métier, même si celui-ci n'est pas vraiment reconnu comme tel par la fabrique. En effet il requiert un apprentissage relativement long, il exige des qualités particulières, un savoir-faire"

L'ourdisseuse doit être adroite, précise dans ses gestes et dotée d'une excellente vue. L'apprentissage dure entre six mois et un an. La complexité du travail fait que les ouvrières ne deviennent rellement opérationnelles qu'au bout de cinq mois de pratique. Malgré tout, reconnue dans les discours, leur qualification n'est pas pour autant rémunéré comme telle. Elles gagnent juste peu plus qu'une "dévideuse ou une "plieuse", et moins qu'un tisseur.

Ourdi meca1 1

Date de dernière mise à jour : 29/10/2021

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.