A la recherche du temps perdu....

Histoire locale

 

Quelques billets, au gré de mes découvertes dans les archives, indépendamment de mon arbre

  • Famille FORRIERE Cattenières

    La parution de mon récent billet sur Pierre FORRIERE, sosa 2022 a occasionné plusieurs échanges avec des geneacousins. Un article complémentaire n’est pas superflu… on rebat les cartes !

    Dans la famille FORRIERE je demande le patriarche :

    Nicolas forriere 7 familles

    Nicolas, né  probablement avant 1600, à Cattenières ou ailleurs, épouse une femme inconnue à ce jour dont il aura… PLUSIEURS enfants.   (Je n’ai pas de certitude sur Philippe, le dernier né vers 1640)

    Aucun acte écrit ne corrobore l'identité de Laurence LEBLOND comme épouse.

    Cependant il existe bien une Laurence LEBLOND elle est l’épouse d'un certain Nicolas LENGLET. Nous y reviendrons plus tard.

    Nicolas FORRIERE est décédé après 1638-1640, date de naissance des  derniers enfants connus.

    Merci à tous ceux qui indiquent 1677 comme date de décès de me contacter pour m'expliquer le cheminement qui arrive à cette conclusion.

     

     

     

    Dans la famille FORRIERE  je demande le père :

    MatthieuMatthieu, dont l’acte de naissance avait été estimée d’après d’acte de décès… sauf que cette dernière n’est pas exacte non plus !

    Ce que l’on sait avec certitude :

    Matthieu est déjà marié en 1643 puisque le couple fait l’objet d’une saisie de biens en rapport à une dette contractée par  la famille de son épouse : http://cattenieresautrefois.fr/node/1056

    Jeanne Lenglet , veuve de feu Jean Delaire, demeurant à Esnes, et Mathieu Forriere, mari et bail de Marie Lenglet demeurant à Cattenières, héritiers de feux Pierre Nicq et de Noelle Lenglet sa femme

    Matthieu Forrière ne peut donc pas être né vers 1644 ! il est plutôt né vers 1615/1620. Il se serait marié vers 1640.

    En ce qui concerne sa date de décès : Il ne peut pas être décédé le 23 mars 1688, puisque dans un acte du 28 janvier 1670 Marie Lenglet, veuve de feu Matthieu FORRIERE , acquiert une terre appartenant à un dénommé Pierre LEDUCQ : http://cattenieresautrefois.fr/node/1084

    Matthieu FORRIERE est donc décédé entre le 14 mars 1667 (date à laquelle il est toujours échevin) et le 28 janvier 1670.

    (j’ai finalement compris d’où vient la date du 23 mars 1688 figurant sur certains arbres : c’est le contrat de mariage de Jeanne Forrière, fille du défunt Matthieu avec JB Vallet)

     

    Passons à son épouse : Marie (Mary) LENGLET, mère de Pierre :

    La mereNous savons par l’acte cité précédemment qu’elle a deux sœurs Jeanne, veuve de Jean DELAIRE, et Noëlle Lenglet décédée sans enfant.  Ce sont les filles de Jean Lenglet et Jeanne Heulchin. Nous le savons par l’acte de donation du couple au mariage de leur fille aînée Noelle en 1615 :

    http://cattenieresautrefois.fr/node/990

    C’est là qu’il y a eu confusion dans certains arbres geneanet avec une homonyme, Marie Lenglet née en 1635, fille de Nicolas LENGLET et Laurence LEBLOND.

     

     

     

    Dans la famille FORRIERE je demande Sosa 2022 :

    Sosa2022Pierre FORRIERE, Il est probablement né une bonne dizaine d’années plus tôt que celle estimée. En effet, il, achète en 1677 trois mencaudées de terre labourable a la famille OUDART. http://cattenieresautrefois.fr/node/524

    Sachant que sous l’ancien régime la majorité civile est fixée à 25 ans pour administrer ses bien, et qu’il faut déjà être en possession d’un certain pécule pour s’acheter une terre de 326 florins. Je pars du principe qu'il s'agit bien de ce Pierre FORRIERE, célibataire et non de son oncle, auquel cas une épouse  serait citée...?

    En ce qui concerne son décès, une date circule sur Geneanet à savoir 31 décembre 1712, sauf que cette date n'est pas reprise dans les relevés de la commune effectués par Jerome Coyez. Il me semble donc prudent de ne pas la valider . J'attendrai de pouvoir en discuter avec Jerôme ou tout autre membre du GGAC.

     

    Lire la suite

  • Pierre Forriere, mon Sosa 2022

    Pour ce premier article de l'année, le plaisir de vous retrouver passe immanquablement par une figure imposée  : rechercher l'ancêtre dont le numéro correspond au nouveau millésime.

    Ce que l'on appelle, en jargon généalogique le "Sosa 2022"  correspond à mon aïeul, branche maternelle à la 11è génération. Nous le trouvons à quelques sauts de puce du berceau familial : dans le village de Cattenières, à mi-chemin vers  Cambrai.

    Cattenieres 59 cassiniCette petite bourgade de quelques centaines d'âmes (493 habitants au premier recensement de 1793)  doit son nom aux châtaigniers qui y étaient plantés dans des temps immémoriaux. La Maturlotte, la vallée des corbeaux, le chemin des pélerins, sont autant de lieux-dits qui invitent  à en savoir plus sur cette commune**.

    Sous l'ancien régime , la seigneurie de Cattenières relève du palais épiscopal de Cambrai, Elle appartient au chapitre de la cathédrale.

    C'est ici qu'est établie la famille FORRIERE, dont mon aïeul objet de cette page : Pierre.

    FORRIERE : Le nom est surtout porté dans le département du Nord. Variante : Forière, rencontrée autrefois dans les Côtes-d'Armor. C'est un toponyme pouvant désigner la lisière d'un champ ou d'un bois, en particulier l'extrémité d'un champ laissée inculte pour permette à la charrue de tourner.

    L'essentiel des FORRIERE trouvés sur Geneanet prend source à Cattenières, ce qui me permet d'en déduire que je cousine avec tous les FORRIERE de l'arrondissement de Cambrai.

    Revenons-en à mes ascendants : 

    eglise cattenieresCette lignée ne compte à ce jour que quatre individus nés entre 1600 et 1695. Nous disposons de très peu d'informations : les relevés,  catholicité et état civil, ne débutent qu'en 1737. Ils ont été complétés par les contrats de mariage du tabellion de Cambrai. Nous devons ce travail à Jérôme COYEZ du GGAC 

    C' est sous la protection de Saint Martin que la famille vivra les évènements majeurs de sa vie, baptêmes, mariages, funérailles dans l'église du village qui date du XVIe siècle.

    Dans la famille FORRIERE, je demande le patriarche :

    Nicolas forriere 7 familles

    Nicolas, mon ancêtre à la 13è génération.

    Né vers 1600,  à Cattenières ou à proximité, il y épouse une demoiselle LEBLOND, de cette lignée reconstituée par bribes nous leur connaissons, à ce jour, cinq enfants qui auront échappé aux vagues de peste dont les poussées se manifestent à peu près tous les quinze ans.

     A cette période nous ne sommes pas en pays de France, notre région est rattachée à l'Espagne depuis 1595, elle le restera jusqu'en 1677. Pendant longtemps encore on y comptera en florins et en patars, unités de compte des Pays-Bas espagnols, plutôt qu'en livres et en sols.

     

     

     

     

    Dans la famille FORRIERE, je demande le père :

    Matthieu

    Matthieu, benjamin de la fratrie, a une sœur, l'ainée des enfants, et trois frères. Il voit le jour vers 1644, (date calculée d'après son décès, mais nous savons que l'âge estimé au décès est également approximatif à cette époque, donc prudence!)

    Vers 1661, il n'a que 17 ans, il épouse Mary LENGLET, qui serait une veuve de près de 10 ans son aînée. (A nouveau, il convient de rester prudent, je me demande s'il n'y a pas confusion entre deux Mary (Marie) LENGLET).

    Ce couple de paysans aisés aura au moins cinq enfants, nés entre 1661 et 1670, deux garçons et trois filles.

    Matthieu décède à Cattenières le 22 mars 1688 à peut-être 44  ans.

     

     

     

    Dans la famille FORRIERE, je demande Sosa 2022 :

    Sosa2022

    Pierre, l'aîné des cinq enfants de Matthieu et Mary est probablement né vers 1661.  C'est un paysan laboureur, comme indiqué dans les actes d'acquisition de terres. C'est à dire un paysan suffisamment riche et influent pour être considéré comme un notable du village. Peut-être même le "coq du village", expression du XVIe siècle qui signifiait le personnage le plus important. Divers actes d'acquisition de terres nous sont parvenus, dont : le 3 novembre 1696 Achat de 2 mencaudées et trois pintes de terre à Catherine Srpock pour la somme de 250 florins. voir Jérome Coyez 

    Il épouse Marie SEGARD vers 1681, date à laquelle naît leur premier enfant, un fils Philippe. Viendront ensuite Matthieu, Anne Jeanne, Grégoire puis finalement Marie Jeanne.

    Pierre a la confiance du seigneur et de l'assemblée villageoise. Il sera échevin entre 1697 et 1699. Un échevin est, historiquement, dans le nord de la France , un magistrat, nommé par le seigneur . Il est chargé de la police et de la justice sur ses terres. Il a parfois également un rôle d'officier municipal.

    Pierre FORRIERE est déjà veuf depuis plusieurs années quand il quitte ce monde le 31 décembre 1712.

     

     

     

    Dans la famille FORRIERE, je demande la fille :

    La fille

    Marie Jeanne,  la benjamine de la famille naît vers 1695. Elle est mon aïeule à la 10è génération.

    Le 25 février 1718, elle épouse  Pierre BORAIN, natif de Montigny en Cambrésis. Pierre est veuf et père de deux garçons issus du premier lit. C'est Donc à Montigny que le couple s'établira. (Il semble que les deux fils Joseph et Jean François n'aient pas survécu, leur trace est perdue) . 

    Pierre décède vers 1732.  Marie Jeanne restée veuve s'éteint à 17 heures le 3 novembre 1761 à l'âge de 66 ans.

    D forriere marie jeanne 1761

     

     

     

     

     

    Le "rameau" FORRIERE n'est pas bien gros. J'espère que quelques précisions viendront compléter les données lacunaires grâce à cette parution. D'avance je vous en remercie.

    0321077001597150591

    Je vous invite à retrouver cette famille sur deux sites amis:

    Cattenières d'Autrefois de Jérome Coyez

    Au pays de mes ancêtres de  Roseline Soudan.

    Ainsi que sur Généanet  ICI 

    Vous voulez en savoir plus sur Cattenières je vous recommande l'article de Nicole et Jean François Lenglet sur Cambrésis terre d'histoire

    Mon jeu de 7 familles est illustré par des portions de tableaux flamands du XVIe siècle.

    ATTENTION : suite à la parution de cet article de nouvelles données sont venues infirmer certaines informations. Un nouveau billet correctif est visible ICI

     

     

     

     

     

     

     

  • Cold Case Achille LENGLET 1850-1874

    Quimper  11 décembre 1874 :

     

     PrefecturePar une nuit sans lune, un militaire homme du rang du 118e Régiment d’Infanterie de Ligne, encore engourdi par le sommeil et saisi de froid,  vient prendre la relève de quart à la guérite du factionnaire de la préfecture de Quimper. Il entre au préalable dans le corps-de-garde afin de se signaler au sous-officier de service. À sa grande surprise, il n’y a personne dans le bureau. Seuls signes visibles : un schako (kepi) posé sur le bureau et un fusil de service. Son supérieur ne doit pas être bien loin. Probablement parti "satisfaire un besoin naturel". Le temps passe, le planton s'inquiète.

    L’alerte est donnée, des recherches sont entreprises. Au 118e, deux mots circulent : Achille LENGLET.

    Une inspection en règle est réalisée au sein de la caserne et dans la préfecture… Rien.  Le Caporal Lenglet, 24 ans, célibataire, originaire de Bertry, dans le departement du Nord, demeure introuvable.

     

    L’enquête :

     

    Un nouveau jour se lève sur Quimper, mais une ombre sinistre plane sur les rives de l’Odet. Au 118e de ligne, ainsi qu’à la préfecture, la nouvelle s’est répandue comme un trainée de poudre. Un militaire est porté manquant. Toutes les hypothèses sont envisagées, fugue, accident, désertion. Les langues vont bon train. Une certitude : l’arme n’a pas servi. L’inquiétude se lit sur les visages. Les conditions de la disparition du Caporal sont tout aussi obscures que l’était le ciel quimpérois la nuit passée.

    Dès l’aube, les gendarmes débutent les investigations, et les premiers interrogés sont les camarades de Lenglet, avec qui il a passé la soirée dans une auberge de la rue Sainte-Catherine. « Achille Lenglet est un bon vivant », c’est en ces termes que ses amis le décrivent. Il aime à boire avec eux, le soir après sa journée de service à la caserne du quartier Saint-Mathieu. François Tréguer explique qu’ils étaient cinq attablés dans un cabaret, pour dîner. Guillaume Cozic mentionne qu’ils n’ont consommé qu’une bouteille de cidre pour accompagner leur soupe, ce qui est confirmé par Hervé Mahé. Joseph Donval, quant à lui, précise les horaires : ils sont arrivés à 5 heures du soir et sont repartis à 9 heures. Ils sont rentrés à la caserne du 118e et se sont couchés, y compris le Caporal Lenglet.

    Après les militaires, vient le tour du voisinage de se plier aux questions des enquêteurs.

    Les cabarets de la rue Sainte-Catherine, et ils sont nombreux, sont passés au crible. Les blanchisseuses du « Pont Pissette » sont également questionnées… Elles n’ont rien vu. Les jours passent et le Caporal reste introuvable. Achille a disparu.

    Un signalement :

    Quimper

    Le 13 décembre, les Gendarmes sont appelés par un riverain du quartier du Halage.

    Un corps flotte entre deux eaux en aval des quais du Cap Horn. Les enquêteurs se « transportent » sur place, accompagnés du procureur de la République. Il s'agit du corps d'un homme, vêtu d’un uniforme de fantassin. Le docteur Gaumé, médecin du 118e, est appelé en urgence ainsi que le docteur Debout, médecin civil. Le corps est remonté sur la berge, et transporté à l’hospice.

    Si l’homme porte son uniforme complet, son schako est introuvable, et de surcroît, sa main gauche est dans la poche du pantalon.

    Une autopsie est réalisée qui met en évidence une large blessure ouverte sur le crâne, de la nuque au front.

     

     

    Épilogue :

     

    Les experts identifient la victime, il s'agit bien du Caporal Achille Lenglet. Eu égard à la nature des blessures ils concluent à une agression. L'homme semble avoir reçu un violent coup  asséné au moyen d'un instrument contondant comme une grosse pierre. Toutefois il n'était pas mort lorsqu'il est tombé ou a été jeté dans l'eau.

    L'enquête ne révèlera rien de plus, aucune piste sérieuse ne peut être retenue. Si tant est que l'administration ait vraiment pu ou voulu creuser. Le 118e RI ce sont quelques 850 conscrits qui à l'occasion de permissions de minuits sont susceptibles de créer des tapages nocturnes et des troubles à l'ordre public. Face à eux, le commissaire de police ne dispose que de six hommes. Effectifs réduits la nuit à seulement à une patrouille de deux hommes. Le conscrit sous influence éthylique figure parmi les troubles-paix les plus craints des agents de polices, peu nombreux, qui doivent régulièrement faire face au cours de leur patrouille nocturne à des groupes de militaires hostiles qui parfois baïonnettes à la main refusent d'obtempérer à leurs sommations. (source : Archives municipales de Quimper)

    De nombreuses interrogations demeurent : Pourquoi ? Comment ? et surtout Qui ?

    Comment ne pas penser à cette phrase de Dumas tellement célèbre qu'elle a fait le tour du monde « Cherchez la femme, pardieu ! Cherchez la femme ! »

    Autant de questions sans réponse auxquelles la famille restera à jamais confrontée.

    Le 19 avril 1904, un autre Achille Lenglet, son neveu, adolescent de 17 ans se pend. Le prénom de l'oncle disparu était-il trop lourd à porter ?

    Généalogie :

     

    Achille Lenglet né le 8 mai 1850 était le fils aîné de : Achille (1825-1902) et Anne Geneviève LEPRETRE (1825-1861)

    Achille

    Ce sont seize liens de parenté, cousinage,  qui nous lient. Il serait trop long et fastidieux d'entrer dans le détail.

     

     

     

    Annexes :

    Les articles de presse à la base de ce récit :

    A lenglet 1 2     Lenglet 2 2

     

     

     

     

    Le rapport de Gendarmerie retrouvé aux archives départementales du Finistere.

    Pv gendarmerie 1  Pv gendarmerie 2

     

    Un très grand MERCI à mon ami Gilles CARDINAL qui s'est déplacé aux archives pour obtenir ces précieux documents

     

     

     

  • Des erreurs au Journal Officiel

    Lors de récentes recherches sur la famille CIRIER j'ai découvert deux inscriptions au Journal Officiel :

    Tout d'abord Lucien CIRIER, pilote lors que la première guerre mondiale, citation à l'ordre de l'armée en 1917 :

    Cirier lucien citation armee    Jo du 10 08 1917

     

     

    N'ayant aucune information précise sur ses ascendants je lance les  recherches sur tous les sites habituels : Geneanet, Ancestry, Fillae, MyHeritage. 

    Résultat ? Rien ! J'ai affaire à un fantôme.

    Cependant je trouve une possible piste en 1938 : un certain Colonel  Lucien François André CIRIER , est élevé à la dignité de Grand Officier de l'ordre Nichan el Anouar. (ancien ordre du mérite colonial). Se pourrait-il que ce soit la même personne ?

    1938 nichan el anouar

     

     

     

     

     

    Dans l'impasse quant à la possibilité de raccrocher ce personnage à une branche de mon arbre, je me résous à faire appel aux spécialistes de la guerre.

    Je lance un message à mes amis du  forum.pages14-18 et du  39.45 Le monde en guerre.

    La solution de l'énigme n'a pas tardé à tomber : il s'agit d'une double erreur de patronyme du Journal Officiel à 20 ans d'intervalle !

    Dans les deux cas il s'agit de Lucien GIRIER et pas CIRIER ! Rien à voir avec notre famille, il s'agit d'un lyonnais.

    Cela paraît fou mais c'est ainsi !

    Moralité : "Ce n'est pas parce que c'est paru au JO que c'est exact !" Gardons le sourire.

    Philippe Geluck : l'humour est une branche de la philosophie.

    Croix 1

     

     

     

     

     

     

  • A Clary Medaille d'or Famille Française

    Native

    "Ô mères françaises, faites donc des enfants, pour que la France garde son rang, sa force et sa prospérité, car il est nécessaire au salut du monde que la France vive, elle d’où est partie l’émancipation humaine, elle d’où partiront toute vérité et toute justice !" - Emile Zola -

     

    26 Mai 1920 :

     

    Sous la présidence de Paul Deschanel, est créée la "Médaille d'honneur de la famille française".

    «C'est une distinction honorifique décernée aux personnes qui élèvent ou qui ont élevé dignement de nombreux enfants, afin de rendre hommage à leurs mérites, et de leur témoigner la reconnaissance de la nation ». Elle compte trois échelons d' attribution : pour quatre ou cinq enfants : médaille de bronze, pour six ou sept enfants : médaille d'argent et pour huit enfants et plus: médaille d'or.

     

    Février 1926 :

     

      Annonce lempereurLe Grand Echo du Nord de la France communique à ses lecteurs la liste des récipiendaires départementaux 

     C'est dans la catégorie "médaille d'or" qu'est mise à l'honneur une famille de Clary

    Jean-Baptiste LEMPEREUR et Julia RICHARDGrands parents lempereur 0

     

    Le couple s'est uni devant Dieu et les Hommes le 7 octobre 1893 à Clary. Quelques moi plus tard, naît une petite fille, Germaine, qui ne survivra pas. Suivront onze autres naissances jusqu'en 1915. Un seul des suivants trépassera, Fernand. C'est donc dix enfants que Jean-Baptiste et Julia élèveront.

    Enfin, surtout Julia, puisque Jean-Baptiste rend l'âme le 13 mai 1917 à 51 ans, sa petite dernière, Denise, a tout juste deux ans, six enfants ont moins de quinze ans.

    Information de son petit-fils :Jean-Baptiste Lempereur n'était pas parti au front en raison de sa nombreuse famille mais avait été réquisitionné par l'occupant pour travailler dans un dépot. il est décédé suite à un coup de froid.

    73dfce86b7cab38199a8c4b3eff45ee4

    La photo daterait de 1916 environ, en bas de gauche à droite : Suzanne, Maurice (bébé), Fernand, Julia et Mathilde. en haut Jean-Baptiste, l'aîné des garçons, et les parents.

    1054a bis 2

     

     

     

     

         1054b bis 2

     

     

    Descendance lempereur

    Vous pouvez retrouver un embryon d'étude patronymique LEMPEREUR, sur la page Clary : ICI

    Merci à Paul LEMPEREUR pour les illustrations photographiques.

     

     

     

  • Fourmies 1er mai 1891

    « Il y a quelque part, sur le Pavé de Fourmies, une tâche de sang innocent qu'il faut laver à tout prix.  » 

     

    Ces mots seront prononcés par Georges Clemenceau, dans un discours en date du 8 mai 1891, soit une semaine après les événements.

    Fourmies est une petite cité ouvrière de l'Avesnois, dans le Nord de la France. C'est un fleuron de l'industrie textile au XIXè siècle, période à laquelle la ville connaît son apogée :

    En 1810, une première filature de coton est créée par MM. Lebègue et Legrand. En 1825, Théophile LEGRAND ouvre la première filature de laine dans laquelle il utilise dès 1828 une machine à vapeur.

     Au terme d’une progression vertigineuse, Fourmies devient le premier centre mondial de laine fine peignée filée. En 1869, la ville est desservie par le chemin de fer. De 1830 à 1890, la population passe de 2 000 à 15 000 habitants.

    Voilà des mois que le feu couve sous la cendre. Du fait de la crise qui frappe durement le textile dans les années 1880, les rémunérations ont drastiquement baissé (parfois de moitié !) dans les usines insalubres de la ville. Craignant des débordements, le maire de la ville, Auguste Bernier, lui-même directeur d'une usine , a demandé au préfet d'envoyer l'infanterie, histoire de dissuader les fauteurs de trouble.

    Et pourtant : le programme de la journée, ce vendredi 1er mai, n'a rien de subversif. Le mois symbole de renouveau est célébré par la coutume des rameaux fleuris par les amoureux. Dans l'arrondissement d'Avesnes, pays de bocages, de vergers, cette coutume est très suivie. Ce sont des branches de charme, de jeunes bouleaux, des rosiers, des lilas,  symboles d' amour naissant, de passion ardente. A Fourmies sont programmés spectacles, repas fraternel, délégation en mairie, pour porter les doléances, et même un bal, pour lequel il a été demandé une permission de minuit. Sans oublier, bien sûr, un défilé pour réclamer la journée de 8 heures et une hausse des salaires.

    Musee fourmies avis travail 1 mai

    Le 1er Mai, le concept de  "fête du travail" en est à ses balbutiements, ce n'est pas encore un jour férié et chomé. Le Parti Ouvrier de Jules Guesde en a fait, l'année précédente, une journée internationale de revendication. Le patronat a contesté cette initiative. Dès le matin, quelques echauffourées éclatent entre gendarmes et piquets de grève qui sont arrêtés. À partir de 11h30, les délégations des différentes usines en grève sont reçues à la mairie où elles remettent leurs revendications. Pour calmer les esprits, le maire annonce que les ouvriers arrêtés seront libérés à 17h.

    En début d'après-midi, des ouvriers se rassembent de nouveau devant la mairie. Quelques familles se dirigent cependant vers le théâtre où le spectacle prévu attend toujours son public. Les gendarmes à cheval dispersent les manifestants et procédent à de nouvelles arrestations. La fête n'est plus d'actualité, la représentation est annulée.

    À 15 h 30, les renforts du 145e régiment d'infanterie arrivent en gare de Fourmies, ils rejoignent les gendarmes sur la place, les forces de l'ordre se font d'abord chahuter puis bousculer. La tension monte d'un cran.

    18 h 15 : 150 à 200 manifestants arrivent sur la place et font face à trente soldats équipés du nouveau fusil Lebel. Les manifestants jettent des pierres, Le commandant Chapus ordonne à ses hommes de tirer en l'air. La foule ne recule pas. C'est l'embrasement moins de dix minutes plus tard, le commandant s'écrie : « Feu ! feu ! feu rapide ! Visez le porte-drapeau ! ».Fourmies photo place

    Le bilan est de dix morts (dont deux victimes de 11 et 14 ans) et trente-cinq blessés.

    L'un des deux enfants est Emile CORNAILLE, né à Saint Quentin le 31 mai 1880. Il a reçu une balle perdue en plein coeur alors qu'il se trouve au café de la "Bague d'or". On retrouvera une toupie dans sa poche.

    Ci-dessous un graphe récapitulatif de l'arbre généalogique d'Emile CORNAILLE apparenté à notre ami Philippe CATTELAIN.

    Pour plus de précisions sur les généalogies concernées et d'autres informations complémentaires sur la fusillade de Foumies, je vous invite à visiter le site de Philippe.  J'en profite pour le remercier de la mise à disposition des documents.

    http://www.taions.com/courtil/fourmies.htm  

     

    Emile cornaille

    Pour mémoire, la famille CORNAILLE a été longtemps implantée à Clary, plus exactement à la ferme d'Iris, entre Clary et Elincourt.

    Plusieurs familles bertrésienness vivent à Fourmies au moment des faits, des membres de la famille CIRIEZ et de la famille LOUVET notamment.

    N emile cornaille

        Cornaille n 1

     

    Emile cornaille deces

  • Ducrot Louis, accidenté

    Un délit de fuite à Bertry, village berceau de ma famille (Cambrésis - Nord)

    En cette soirée du  jeudi 26 avril 1889,  il n'est pas loin de 22 heures,  il fait bien sombre dans la Ruelle à Baudets (aujourd'hui rue Jean de la Fontaine). Point de trottoir, ni d'éclairage public. La rue, comme son nom l'indique, n'est pas très fréquentée. C'est un raccourci pour passer de la rue du Cateau à la rue de Cambrai.Plan bertry

     Au numéro 7 vit un couple de tisseurs, Louis Jh DUCROT et son épouse Louise Séraphine FRUIT.   Louis s'est absenté du domicile pour rendre visite à un voisin.

    C'est au retour que le drame se produit : il "rencontre une voiture" qui lui roule sur le corps. Ces circonstances sont pour le moins extraordinaires. Il ne s'agit très vraisemblablement pas d'une voiture automobile, en 1889, nous en sommes encore aux balbutiements de l'industrie et l'hypothèse qu'un "carrosse motorisé" circule dans une petite ruelle de notre village est plus qu'improbable. Nous avons donc affaire à un attelage hyppomobile.

    Le conducteur de l'équipage a-t-il pu poursuivre son chemin sans ressentir le choc violent ?  La victime a-t-elle pu ne pas l'entendre arriver ?

    Il m'est venu à l'esprit une hypothèse, Louis DUCROT n'aurait pas été totalement en possession de ses moyens, voire aurait eu un malaise le laissant étendu sur la chaussée au passage de la carriole.

    Le Médecin du village, dépêché d'urgence auprès du blessé, ne manque pas de faire part de son pessimisme quant à la gravité de ses blessures.  Le pronostic vital est engagé en raison de nombreuses blessures internes. Son diagnostic était juste. Louis DUCROT, 48 ans, succombe le lendemain à une heure de l'après-midi. Ses deux beaux-frères , Rémy LEFEBVRE et Louis FRUIT, s'aquitteront de la douloureuse déclaration en mairie.

    Il laisse une veuve de 48 ans et trois enfants:

    Louise (1868-1939) qui épousera Célestin MERESSE en 1892.

    Catherine (1871-1946) qui épousera Jacques André HERBET en 1893.

    Louis (1880-1937) qui épousera Hélène MERESSE en 1909.

    A ce jour, je ne suis pas parvenue à savoir si l'auteur de l'accident a été identifié et interpellé. La réponse est peut-être enfouie dans un dossier judiciaire des archives départementales. Ci-dessous les ramifications familiales. On retrouve les patronymes les plus fréquents de mon arbre : FRUIT et TAINE, mais aussi BASQUIN et HENNINO

    Arbre ducrot x fruit inpixio

    Ducrot ecrase voiture

     

     

  • 1921 année de crise, année charnière.

     1921 : Cette période est intéressante du point de vue de ma généalogie familiale parce qu'elle constitue une époque charnière. Elle a déterminé, bon gré mal gré, les choix de vie de mes grands-parents.

    Après quatre années d'une guerre brutale qui a sacrifié toute une génération et détruit beaucoup de ses richesses, la France se réorganise.

    Les bouleversements liés au passage d'une économie de guerre à une économie de paix ont contribué à la dépression de 1920 - 1921.   Les régions Nord et Est, situées en zone de front et d'occupation, ont été plus durement touchées : L'occupant a méthodiquement démantelé l'industrie et les champs de bataille ont ravagé l'agriculture. Dans ces deux régions se relever prendra plus de temps qu'ailleurs.

    A Paris, le 28 janvier est enfin inhumé, sous l'Arc de Triomphe, le soldat inconnu choisi deux mois plus tôt, afin de commémorer l'ensemble des soldats français morts. Comme pour toute sortie de guerre, les mois qui ont suivi l'armistice ont été complexes. La démobilisation a pris de longs mois. A leur retour les combattants doivent se refaire une place dans la société. Ils ont besoin de reconnaissance et parfois de compensations pour les souffrances endurées. 

    Soldat inconnu

     

    3 villagesEn Cambrésis : Unité de temps, unité de lieux : tous les "personnages" du tableau vivent à trois kilomètres les uns des autres, dans le même canton : le Canton de Clary en Cambrésis. 

     

     

     

     

    Lire la suite

  • Loin des yeux, loin du coeur

    Loin des yeux loin du coeur

    L'amoureux égaré :

     

    Eugène HERLEM voit le jour le lundi 8 octobre 1883 à Clary (59), il est le fils d'Eugène et de Prospérine CORBISEZ. Il exerce comme beaucoup le double métier de tisseur et d'ouvrier agricole occasionnel.

    Eugène est un petit blond (1m62) aux yeux bleux sans caractéristique particulière.

     

    De 1905 à 1907, il effectue son service militaire, il en sortira avec un certificat de bonne conduite et passera dans la réserve. Il sera nommé sergeant en 1910 suite à des périodes militaires effectuées régulièrement.

     

    Eugène épouse à Bertry le 31 juillet 1907, Léonie LAMOURET (1887/1977), épeutisseuse, fille de Modeste Lamouret et Elise COET

     

    De cette union vont naître 4 enfants : Eugène 1908, Lucien 1910, Marcel 1912 et enfin Georgette 1913.

    La guerre éclate,  Eugène ne sera pas blessé, il sera juste évacué du front pour maladie entre le 7 juin et le 21 juin 1916. Cependant, son épouse ne reçoit aucune nouvelle de lui pendant la durée du conflit.

    En 1917 il est posté à au dépot du 147è RI à Saint-Nazaire (Loire Inférieure) en tant que sous-officier instructeur.

    C'est là qu'il "perd la tête" pour une jeune demoiselle Marie Grandin , 22 ans, qu'il épouse le 16 octobre de la même année. Eugène Herlem s'est fait établir de faux papiers au nom de Eugène WATREMEZ, célibataire.

    La Guerre terminée, et les communications rétablies, l'épouse délaissée qui vit à Bertry dans le plus grand dénuement, se met en recherche de l'époux volage, dont on finit par retrouver la trace. Léonie dépose plainte et son époux est arrêté le 17 décembre 1919, arrêté pour bigamie et faux en matière d'état civil.

    Il sera jugé et condamné à 3 ans de prison et 100 Francs d'amende. Cependant il sera amnistié en 1921.

    Le divorce du couple sera prononcé le 23 avril 1932.

    Eugène décèdera le 27 novembre 1961 à Pontchâteau (44)

    Eugene herlem watremez

     

     

     

     

  • François le Polonais

    Francois wizniewswki

    François WIZNIEWSKI est né à Gnojnik au sud de la Pologne près de Brzesko en 1904.

    Gnojnik eglise pologne

    Il fait partie de la diaspora polonaise du début du XXè siècle. Dans les années 20, ce sont environs 700 000 polonais qui arrivent en France, paysans, ouvriers, recrutés par la "mission française pour le recrutement de la main d'oeuvre. Le bassin minier du Nord Pas de Calais représente la principale destination de ces immigrés.

    François se marie à Jeanne  OLZICK, leur fille Marie-Jeanne a épousé Jean LEFORT de Montigny en Cambrésis. François quittera ce monde en 2004, à 100 ans.

    J'ai bien connu François, je me souviens de  sa célèbre choucroute qu'il venait préparer dans le laboratoire de charcuterie de mes parents et qu'il entreposait dans un grand tonneau.

    Les terribles évènements récents, la décapitation de Samuel Paty, et l'attentat terroriste de la basilique de Nice ont inspiré cette lettre à Sylvère Lefort,enseignant, petit fils de François WIZNIEWSKI et de Maurice LEFORT 

    Francois wizniewski 001

     

    le document étant peu lisible en l'état en voici la transciption :

    Lettre ouverte et posthume à François le Polonais.

    Mon cher grand-père, tu as quitté ce bas monde en 2004, quelques mois après ton 100ème anniversaire.

    Arrivé de Pologne, donc émigré et immigré, tu es venu dans les années 1920, fuyant la misère, ayant enterré toi-même ta sœur de 8 ans morte de la grippe espagnole, trouvant en France un espoir de vie, de travail, d'avenir.

    Et ainsi, tu es venu, as travaillé, tellement heureux d'être admis dans une nation qui t'accueillait et que tu as épousée en te naturalisant Français puisque tu l'étais désormais.

    Puis, la barbarie du nazisme, la guerre, donc maintenant Français, tu es parti te battre, normal pour toi, puisque intégré à part entière.

    Puis, prisonnier 5 ans dans les stalags, etc..... Resté en vie par chance et courage.

    Retour enfin à ton activité d'ouvrier agricole.......paix revenue.

    Cependant, dans ton village, qui est aussi le mien, tu fus jusqu'à sa fin, le porte-drapeau des anciens combattants, fier et reconnaissant de la nation qui t'avait accueilli.

    Alors donc, quelle leçon ?

    Je me garderai bien de donner à quiconque des leçons, n'étant pas moi-même exemplaire.

    Je me demande simplement ce que toi, François le Polonais penserais de cette période trouble et anxiogène, à tant d'égards.

     

    François le Polonais tu t’es intégré à la France, tu as été intégré immédiatement par la France, puisque telle était ta volonté, tel était ton état d’esprit. Tu as bénéficié de ses droits, tout en t'acquittant de ses devoirs...je vous laisse imaginer quels furent les devoirs en 1940...

    Bon, je n'ai pas la prétention de refaire l’histoire...juste un dernier souvenir d'enfance. Hormis les clichés de famille chez mes grands-parents, il y avait Jean Paul 2 (ben oui, Polonais) et aussi le Général de Gaulle.

    Bon courage et bien à vous tous.

    Sylvère Lefort

    29 octobre 2020

     

  • Angèle Delamare

    D'après une série d'articles de presse découverts sur Retronews 

    Justice

    Chronique de la misère quotidienne.

    La victime :

    Angèle Delemare etait une petite fille  agée de 7 ans en 1884. Nous ne connaissons pas son lieu de naissance. Elle habitait Clary, avec sa maman Florine Marie Delamare, dont nous ignorons tout également. 

    Trouvés sur le le site de Clary en Cambrésis :

    Inhumation le 10/02/1884 de Delamare Céline 4 ans.

    Baptême 14/12/1884 Baptême de Demonchy Céline Augustine, fille de Demonchy Marie Célina. Marraine Delamare Marie

    Inhumation le 25/11/1884 de Delamare Angèle 7 ans.

    Baptême le 23/09/1888 de Pierre Delamare fils de Florine Marie Delamare

    Baptême le 26/01/1890 de Jules Demonchy fils illégitime de Celina Demonchy veuve Delamare.

    Angèle quittait chaque jour le domicile familial pour aller mendier dans les villages environnants. Elle rentrait le soir en rapportant à sa mère les aumônes qu'elle avait reçues, mais depuis le 17 novembre elle n'était pas rentrée.

    Faits divers : Assassinat d'une petite mendiante.

    Cette terrible histoire aura un écho important et sera reprise par plusieurs journaux de la presse nationale, j'en fais ici une compilation.

    "Dans la journée du 23 novembre 1884, un garde-chasse, Monsieur Lamouret, trouvait dans le "bois des Dix" ( bois situé sur la route de Clary-Bertry, appartenant au territoire de Montigny), le cadavre d'une petite fille affreusement mutilé : La victime était couchée sur le dos. La tête etait presque détachée du tronc et n'y etait plus retenue que par la colonne vertebrale. La peau de sa joue droite semblait avoir été rongée par les animaux du bois. Elle tenait dans sa main droite crispée deux pièces de 10 et 5 centimes. à un mètre d'elle se trouvait sa besace, vide et trouée".

    Cette petite mendiante, nommée Angèle Delemare, agée de 7 ans, n'était pas rentrée chez elle depuis le 17 novembre.

    Ce jour là on l'avait vu en compagnie d'un nommé Auguste Courtin, dans le village de Bertry, se dirigeant du côté du bois des Dix. Depuis elle n'avait pas reparu.

    Courtin, arrêté quelques jours plus tard, à Walincourt, nia être l'auteur de l'assassinat. 

     

    Lire la suite

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.