A la recherche du temps perdu....

Croqueteux et Paveux

"Soudain, à la lecture de l’acte que je viens de découvrir, ma curiosité est piquée par le métier mentionné

Voilà qui me change des mulquiniers et autres tisseurs qui représentent près de quatre vingt pour cent des métiers présents dans ma base

Cela ne correspondrait-il pas au thème de l'atelier décriture trimestriel #MetierAncestral ? le Nord n'est-il pas célèbre pour ses pavés ! 

 C'est le moment ou jamais de parler des croqueteux et des paveux, deux professions complémentaires.

Nous sommes le mardi 28 décembre 1869, Louis WANECQUE, 28 ans, s'unit à la demoiselle Théotilde CATTELAIN, dans une tout petite localité d'environs cinq cents âmes : Neuville en Avesnois. Louis est natif d'un autre village tout proche Beaurain, proche de Solesmes.

Mais qui sont les Wanecq ? Flash-back :

Les "Wanecque, Wanecq" apparaissent dans la région de Solesmes vers 1630. A cette époque, nous ne sommes pas encore rattachés à la France, nous faisons partie des Pays-Bas Espagnols. C'est la "guerre de trente ans" . En schématisant  un peu, c'est une guerre qui oppose les protestants de la maison de Habsbourg, aux catholiques du Saint Empire. Une partie des combats se déroulent dans la plaine de Flandres. C'est dans ce cadre qu'une famille du Nord des Pays-Bas migre vers le Sud, qui deviendra français quelques décénnies plus tard, grâce à Louis XIV.

On ne sait trop si le patronyme d'origine flamande découle de Van Hek ( la barrière) ou Eik (le chène). Toujours est-il que c'est celui de Louis, l'heureux marié, et également  celui de mon arrière grand-mère Aimée, sa cousine au 4è degré :

Tous deux descendent du couple Gaspar WANECQ x Marie Madeleine DOUAY.

Nous sommes dans la Flandre du sud, dite "Flandre Wallonne," la province la plus peuplée et la plus riche de la France septentrionale. 

En raison de l’importance de sa population et de la densité de son tissu urbain, la Flandre wallonne dispose d’un réseau routier exceptionnel. les huit routes les plus importantes autour de Lille représentent pas moins de 217 km de chaussée à entretenir et à améliorer. Outre l'intérêt économique, ne perdons pas de vue l'importance stratégique et militaire de ces infrastructures en région frontalière.

Compte tenu de la nature du terrain, sol argileux, étendue des zones marécageuses, le pavage des routes est une nécessité. Seul le grès possède la résistance suffisante pour supporter le passage des lourdes voitures chargées de marchandises.

Les bassins du Sud de l’Ostrevant et du Sud du Valenciennois sont spécialisés dans l’exploitation du grès. Au cours des XVIIIe et XIXe siècles, les carrières seront largement exploitées, utilisant ne main d'oeuvre importante.

Carte ostrevent

Beaurain n'est pas situé très loin des zones d'extraction : C'est à proximité de Vertain : en bas à droite de la carte ci-contre.

C'est tout naturellement que Louis, comme son frère François, issus d'une famille de tisseurs (mulquiniers) vont mettre à profit leur force et leur habileté pour exercer un métier beaucoup plus lucratif et mieux considéré au plan social, ils seront tailleurs de grès.

Réunie en confrérie, la communauté des "croqueteux" dispose d'un certain pouvoir dans la région. Ce ne sont pas de misérables casseurs de cailloux.

En effet, compte tenu de l'importance du matériau qu'ils travaillent, c'est avec eux que l'état traite directement, fixant les prix des produits qu'ils fabriquent, sans tenir compte des propriétaires des terres.

"croqueteur"  en français,  briseur ou tailleur de grès,terme dérivé du patois picard pour crocheteur.

Barre a mine 535Il s'agit tout d'abord de  localiser les blocs dans le sol, soit en y enfonçant une  barre à mine  soit en ouvrant une tranchée, puis de les débiter au pic et au maillet.

Les produits fabriqués comprennent des pavés de différentes dimensions,  mais seuls les pavés de 6 à 7 pouces cubiques apportent la solidité indispensable aux chaussées.

Sont aussi fabriquées des bordures de grès pour les routes et diverses pièces de gresseries pour la construction des bâtiments

 Les petits éclats sont abandonnés sur place ou revendus. Outre le pavage des routes à la charge des États, une partie de la production est distribuée gracieusement  aux communautés villageoises pour l’entretien de leurs voiries. Le reste est vendu aux particuliers et aux institutions publiques ou privées pour leurs constructions.

La carte postale ci-dessous est d'origine bretonne mais elle symbolise bien le travail quel que soit le lieu où il est exécuté.

croqueteux à l'ouvrage

 

  

 

 

 

Oscar croqueteuxMétier de forçat que celui de casseur de pierres !

François WANECQUE meurt dans sa trentième année le 3 novembre 1868.

Son frère Louis, âgé de soixante cinq ans lors du recensement de 1906 déclare exercer la profession de "coquetier" (marchand ambulant qui passe dans les fermes pour récupérer des oeufs vendus au marché).  Il décède l'année suivante.

1906 wanecque louis coquetier

 

Au XXe siècle la profession disparaît au profit des matériaux en béton fabriqués en usine. Ci contre, Oscar, le géant croqueteux d'Estrées.

La généalogie de Louis Wanecq ICI 

 

Les paveurs (paveux en argot) peuvent également être cantonniers : avant de paver une rue il faut boucher les ornières provoquées par les chariots, désherber et creuser des rigoles pour l'évacuation des eaux. C'est le cas de Pierre DASCOTTE de Clary au XIXè siècle ou des frères Léon et Clément LEDUCQ (que j'ai connu dans mon enfance) à Bertry. 

Le paveur du XIXè siècle doit être doté d'un "bon oeil" , armé de patience et surtout avoir un dos à toute épreuve : les grès pèsent chacun près de dix kilos. Ils doivent être posés un à un, en fonction de leur calibrage, pour obtenir le meilleur effet. Ils sont maintenus par une couche de gravier dans laquelle les paveurs les calent à petits coups de maillets. Un travail de fourmi.
Paveurs rue

       Paveurs sur la parvis d une eglise

Nos villages bénéficièrent de ce progrès vers 1880.

De nos jours la profession de paveur n'a pas disparu, elle s'est juste adaptée aux matériaux modernes et bénéficie de l'aide de la mécanisation. Par ailleurs il existe une formation spécifique dans le valenciennois que assure l'entretien et la restauration des fameux secteurs pavés de la mytique course Paris-Roubaix.

Date de dernière mise à jour : 26/07/2021

  • 5 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Catherine Livet
    • 1. Catherine Livet Le 25/07/2021
    J'aime beaucoup découvrir des métiers et leurs appellations régionales.
  • Christiane Bruneau
    • 2. Christiane Bruneau Le 21/07/2021
    Je n'ai pas de croqueteux ou de paveux, mais j'ai des coquetiers....

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.