A la recherche du temps perdu....

Cold Case : Robert Lenglet

 

Oyez Oyez braves gens, damoiselles et damoiseaux, faites silence pour écouter cette histoire d’avant :

Il y a fort longtemps, au village d’Inchy en Cambrésis, vivait un honnête cabaretier, le sieur Robert Lenglet.

Robert était né au village de Troisvilles autour de l’an de grâce 1674, de sieur Philippe Lenglet et dame Jeanne Lenglet. Il avait pris femme en la personne de Marie Pâques Lobry, hélas, la pauvresse mourut des suites de ses couches, laissant une pauvre orpheline Marie Elisabeth née en 1700.

De raison il choisit de donner une marâtre à son enfant et épousa Hélène Segard qui lui donna 2 autres filles : Marie Agnès (1702) Marie Marguerite (1705).

Mais un jour de 1707, soudain Robert mourut d’un coup d’estoc porté contre lui par un Hollandois.

Jamais il ne sut qu’il aurait un fils : Hélène était grosse d’un garçon Martin (1708).

 

Pays bas espagnols 1700

Robert Lenglet, m’est apparenté à la 10è génération et ses parents me sont doublement cousins.

Cette sombre histoire a éveillé ma curiosité Qui étaient ces Hollandais ?  Était-ce un accident ?

L’affaire se passe dans le cadre historique de la guerre de succession d’Espagne en 1701. Louis XIV  qui veut « assurer le repos de ses frontières » porte ses efforts contre l’Espagne, plus précisément contre les Pays-Bas espagnols dont Cambrai est une place forte. La région est le théâtre de la guerre entre 1701 et 1708.

La France est ouverte à la coalition (anglais, autrichiens, hollandais) et un parti de hollandais tente même s’aventurer jusqu’à Versailles.

Si le Cambrésis n’est officiellement occupé qu’à partir de 1709, on ne peut exclure l’hypothèse de troupes ennemies soit égarées, soit volontairement de passage pour une destination inconnue. Le fait est que ces troupes hollandaises sont bien à Inchy le 22 septembre 1707.

La consultation des registres paroissiaux, répond à la seconde question : En effet ce 22 septembre 1707 n’y eut pas un mais deux décès :

« le 22 septembre 1707 fut tué par les hollandois Robert Langlet »

« Le 22 septembre 1707 fut mort François Delahay d’un coup d’épée que les Hollandois luy ont donné, après estre administrez des sacremens de l’église »

Les deux hommes ont donc été exécutés. Il s’agit d’un assassinat.

Alors ! Crime occasionnel de circonstance : Au mauvais endroit au mauvais moment ?

Provocation de nos deux "résistants" face à l'ennemi ?

ou plus prosaiquement, bagarre au cabaret provoquée par les hollandais en état d'ébriété ?

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?

 

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Louvet Jean-Paul
    • 1. Louvet Jean-Paul Le 23/09/2020
    Occupations du Hainaut par les Bourguignons de 1436 à 1477, par les Autrichiens jusqu'en 1556 puis par les Espagnols jusqu'en 1637. Destructions de villages, pillages des ressources et autres exactions y compris par les troupes françaises. Nos ancêtres devaient avoir de forts ressentiments contre les occupants, quels qu'ils soient. On pourrait penser que ces deux morts par un coup d'épée hollandois soient morts pour leur bravade. Idée plus acceptable que deux simples meurtres par sauvagerie et ivrognerie...
  • Olivier LEFORT
    • 2. Olivier LEFORT Le 31/08/2020
    Dominique,
    Je trouve très savoureuse cette histoire de Robert Lenglet. Au moins cela rend vivantes les tribulations de nos ancêtres et nous fait sortir des vieux papiers. Bises. Olivier.
  • Olivier LEFORT
    • 3. Olivier LEFORT Le 31/08/2020
    Bonjour Gilles,
    Je vais peut-être vous étonner. Mais j’envisage de plus en plus sérieusement la possibilité qu’une branche Lefort issue de Normandie ait émigré à l’époque des guerres protestantes, tant vers les Pays-Bas, que suivi la route Caen (et les villes normandes)) -) Le havre -) Amiens - ) Cambrai et St Quentin. Sans pouvoir l’étayer bien entendu.
    Une partie est peut-être aussi restée dans l’Aisne. Les traces d’échanges dans différentes branches (pas spécifiquement Lefort) issues de Montigny avec l’Aisne ne sont pas anecdotiques.
    Je subodore de plus en plus que la « catholicité » des Lefort que je pensais acquise a fait l’objet de plus d’aller-retour avec le protestantisme qu’on pourrait le penser. Je me demande même de plus en plus si ce n’était une famille d’origine protestante qui avait caché son appartenance comme bien d’autres.
    Je ne sais pas s’il y a eu plusieurs « foyers originels » de Lefort, en Normandie, dans l’Aisne et dans le Nord notamment. Ou bien si ce sont les mêmes qui ont essaimé. Peut-être les deux hypothèses en même temps.
    Sinon, j’ai quelques docs (baux) récupérés il y a longtemps aux AD du Nord qui pourraient peut-être faire remonter une ou 2 générations supplémentaire aux Lefort de Montigny, issus de Reumont. Il y a juste le temps pour transcrire qui me fait défaut. J’en ai envoyé à Joël Louvet.
    Bien cordialement,
    Olivier Lefort
  • gerard FRUIT
    • 4. gerard FRUIT Le 30/08/2020
    Bonjour Dominique.
    Très intéressant.
    Si tu as des faits d'arme des FRUIT, je suis preneur.
    Bisous
    • Dominique LENGLET
      • Dominique LENGLETLe 01/09/2020
      Merci Gérard . Si tu me donnes un nom, je raconte son histoire....inversons les rôles.
  • gilles delepine
    • 5. gilles delepine Le 30/08/2020
    bonjour
    un grand merci pour toutes c'est recherche! je me pose la question qui est la famille (le fort) a qui je rends visite(sépulture avec gidas delepine)
    au cimetiere de nantes (miséricorde)

    cordialement
    gilles

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.