A la recherche du temps perdu....

Afchain Assassin pour trois francs.

Mon impatience est grande, j'ai beaucoup voyagé virtuellement en ce mois d'août, une mise à jour de ma branche AFCHAIN (AFCIN) m'a menée du Brésil à la Cochinchine en passant par l'Algérie, j'espère bien que mon Portoloin* va me conduire dans une de ces contrées pour notre Rendez-vous mensuel.

C'etait sans compter sur l'esprit facétieux de nos ancêtres. J'ai voulu voyager, je suis servie : je prends pieds à La Haie Menneresse !

Cela ne vous évoque rien ? donc je vous explique la blague.

Ce hameau d'une centaine d'habitants a une particularité géographique : il dépend, selon les rues de quatre villages : Busigny, Saint-Souplet, Molain et Vaux-Andigny, les deux premiers villages situés dans le département du Nord les autres dans l'Aisne.

 Donc, jusqu'à peu (avant la création des Hauts de France) un lieu  à cheval sur deux départements et surtout sur deux régions : Picardie et Nord-Pas de Calais. Voilà comment voir du pays à moindre frais !

 

Carte de cassini saint souplet 2

 Le site, qui autrefois s'appelait La Haye Mandresse, a connu une période mouvementée pendant la  révolution : la localité avait été toute chamboulée lorsque l'armée du Nord avait pris position dans les lieux et en avait été chassée par les troupes de la  Première Coalition (Autriche Prusse Angleterre) lors de la campagne de 1794.

C'est un tout autre motif qui bouleverse la population en cette fin août 1873 : un assassinat a été perpétré dans la commune il y a trois semaines.

Beaux arts de carcassonne la moisson 1874 leon augustin lhermitte 122x205La moisson bat son plein , la récolte sera bonne cette année, l'été est chaud et sec. La quasi-totalité de la population est aux champs, y compris les tisseurs. Souvent leur métier ne suffit pas à assurer un revenu correct Ils louent leurs bras comme journaliers à la belle saison pour mettre un peu de beurre dans les épinards (ou plutôt dans les patates) .

Les hommes fatigués ont soif. Ils boivent plus que de raison et les esprits s'échauffent.

Je n'ai pas besoin de  supplier pour que chacun me raconte l'affaire par le menu. En résumé :

"Le drame a trouvé son origine au cabaret du sieur Desprez.  Vers onze heures du soir un habitué des lieux, Louis-Joseph AFCHAIN, ivre, se prend de querelle avec le fils de cabartier. Ce dernier fait appel au garde champêtre qui sort le trublion de l'établissement.

Hélas AFCHAIN ne l'entends pas de cette oreille, fou furieux il s'équipe d'un fusil et revient vers le café où il a subi un affront, en route il menace plusieurs piétons sans passer à l'acte. Finalement , un dénommé Pierre CARLIER, fabriquant de tissus qui rentrait tranquillement chez lui, sera la victime du forcené. Atteint à bout portant d'une décharge de fusil dans le foie et la colonne vertébrale, le malheureux succombe immédiatement.

Pierre CARLIER qui devait quelque argent à AFCHAIN a eu le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.

Son forfait accompli, l'assassin rentre tranquillement chez lui cuver son vin. C'est à Molain (02)que la maréchaussée ira le cueillir, dans son lit, pour l'emmener en garde à vue. les gendarmes auront toutes les peines du monde à le protéger de la population qui voulait lui mettre un ramonée mémorable" 

- En pays ch'ti, une ramonée est une raclée, une bastonnade.  un ramon c'est un balai -

Je tente d'en savoir plus sur l'assassin, le portrait que l'on m'en fait n'est guère flatteur :

Roquelaure, puisque tel est son sobriquet, est "un bon à rien, une bête à vices qui a tout sur le corps". D'aucuns lui attribue un autre sobriquet "deux-têtes" j'avoue ne comprendre ni l'un ni l'autre, mais on parle bien du même individu.

Afchain louis joseph 1869

 

Je sais déjà que l'homme, tisseur de profession, célibataire de  50 ans au moment des faits a déjà eu maille à partir avec la justice. Il a été condamné cinq an plus tôt pour complicité d'abus de confiance, j'ai lu l'information dans la presse.

J'apprends que ce benjamin d'une famille de six enfants, a été source de bien des soucis pour ses parents Elie AFCHAIN et Marie LEMAIRE, un couple de tisseurs sans histoire originaire de Honnechy (Nord), berceau de la famille.

Voici son "palmarès" :

  • 1853 condamnation à huit jours de prison pour coups et blessures (tribunal de Cambrai)
  • 1854 condamnation à six mois de prison pour bris de clôture (tribunal de Cambrai)
  • 1865 condamnation à six jours de prison et 500 F d'amande pour contrebande (tribunal d'Avesnes)
  • 1868 condamnation à six mois de prison pour abus de confiance (tribunal d'Avesnes)
  • 1869 condamnation à 15 mois de prison, pour abus de confiance (Amiens- image ci-dessus)

 

Physiquement on me le dépeint comme un type  moyen en tout : 1m63, front étroit, nez moyen, bouche moyenne et visage ovale, on a du mal à voir en lui la "terreur des communes". Cependant la cicatrice qui lui balafre la joue droite ne manque pas d'effrayer ses interlocuteurs.

Je m'enquiers de la victime :  La famille Carlier est honorablement connue de longue date dans le village de Saint-Souplet.

Afchain deux tete 3 francs 1Agé de 31 ans, né dans le hameau de La Haie Menneresse, l'enfant du pays,  fabricant de tissus, est encore célibataire. Ses vieux parents Pierre et Marie Madeline GUYOT sont terrassés de chagrin. "On ne tue pas pour trois francs".

 

C'est bon ! Il est temps pour moi de retrouver le XXIè siècle. J'en sais assez. Inutile de traîner plus longtemps dans les parages et encore moins de faire état d'un quelconque lien de parenté avec l'assassin. D'autant plus que je serais bien en peine de l'expliquer, je n'ai pas, loin s'en faut, terminé de suivre cette branche.

Une chose est certaine, dans l'état des recherches actuelles, les arbres en ligne remontent à Honnechy jusqu'au couple : Pierre AFCIN (~1622+1709) x Marie LANGLET (<1640 +1679). Toute la question est de déterminer qui sont les témoins cités dans l'acte de décès : Nicolas et Anthoine Afcin (frères, fils, petit-fils ?)

D afcin pierre 1709

 

 

 

 

Afchain crime 1873

 

 

Voici un long article de presse consacré à l'affaire.

 je ne résiste pas à le partager avec vous, afin que vous puissiez apprécier la prose journalistique de l'époque.

On ne s'embarrassait pas de "présomption d'innocence" !

 

 

 

 

 

 

EPILOGUE :

 

A l'issue de son procès à la cour d'assises de Douai, Louis-Joseph AFCHAIN est condamné à mort en novembre 1873.

PourvoiSes avocats tentent un pourvoi en cassation qui sera rejeté le 21 décembre de la même année. Cette fois son sort semble scellé, le condamné AFCHAIN va bientôt faire connaissance avec les bois de justice. Monsieur de Paris, exécuteur des hautes-oeuvres, doit commencer une tournée début janvier 1874.

C'est alors qu'un miracle intervient :

Afchain peine commuee

Le 22 décembre 1873, René-François Réginier, Archevêque de Cambrai est nommé Cardinal par le Pape Pie IX.

Cardinal regnier Monseigneur Regnier, pour marquer son entrée en fonction, demande et obtient  que la peine de mort soit commuée en vingt ans de travaux forcés.

 

 

 

 

 

 

AFCHAIN  sauve sa tête.

18 jpg 800x960 q85 crop subsampling 2 upscale

Le bagne de Toulon étant fermé depuis peu c'est donc vers la citadelle de Saint-Martin-de-Ré qu'il est orienté, ultime lieu de transit avant sa transportation vers la Nouvelle-Calédonie.

Une fois passée la lourde porte d'entrée les forçats accèdent par un chemin de ronde à une seconde entrée fermée par une grille. Une fois cette dernière franchie ils pénètrent dans une cour cernée de hauts murs. là on leur retire les chaines. Ils sont dépossédés de leurs vêtements personnels et doivent enfiler l'uniforme de bure et des sabots.

L'attente peut durer quelques semaines à quelques mois.

 

 

 

St martin de re embarquement de recidivistes

Puis c'est le départ, l'embarquement pour les contrées d'où l'on ne revient pas.

Il y a toujours du monde pour assister à ce spectacle gratuit.

Depuis l'aube, la foule le presse le long des quais pour être aux premières loges.

L orne

Le bateau sur lequel prend pied l'assassin Afchain s'appelle l'Orne.  Le navire quitte Brest le 4 mars 1874, sous les ordres du capitaine de frégate O'Neill.

Il embarque 187 militaires et 189 civils, dont 59 femmes et enfants venant de Paris, logés dans la batterie basse. Au cours d'une longue escale, montent à bord  260 condamnés en provenance de Saint-martin-de-Ré, logés dans la batterie haute. Avec les 225 membres d'équipage, cela fait un total de 870 personnes.  Le 16 juillet l'Orne est à Nouméa .

 

C'est au bagne de l'Ile de nou qu'il purgera sa peine. Le lieu insalubre et la dureté du climat réduisent l'espérance de vie des forçats. Louis-Joseph AFCHAIN décède le 4 janvier 1887, avant d'avoir purgé la totalité de sa peine, 

D afchin louis joseph 1887

(source Anom)

Afchain deces

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Remerciements à mon ami et complice généalogique André DOUAY qui m'a fourni les informations sur la partie "bagne" en Nouvelle Calédonie.

 

 

Date de dernière mise à jour : 21/08/2021

  • 6 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • LENGLET Francois
    • 1. LENGLET Francois Le 28/08/2021
    Un grand bravo, que de travail de recherche
  • Catherine Livet
    • 2. Catherine Livet Le 21/08/2021
    Ah les bagnards ! Comme ils font écrire les généalogistes !
  • Bruneau Christiane
    • 3. Bruneau Christiane Le 21/08/2021
    Tiens, moi aussi, j'ai un bagnard à l'île de Nou..... faut que je le retrouve!!

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.