A la recherche du temps perdu....

Mendiante

Angèle Delamare

D'après une série d'articles de presse découverts sur Retronews 

Justice

Chronique de la misère quotidienne.

La victime :

Angèle Delemare etait une petite fille  agée de 7 ans en 1884. Nous ne connaissons pas son lieu de naissance. Elle habitait Clary, avec sa maman Florine Marie Delamare, dont nous ignorons tout également. 

Trouvés sur le le site de Clary en Cambrésis :

Inhumation le 10/02/1884 de Delamare Céline 4 ans.

Baptême 14/12/1884 Baptême de Demonchy Céline Augustine, fille de Demonchy Marie Célina. Marraine Delamare Marie

Inhumation le 25/11/1884 de Delamare Angèle 7 ans.

Baptême le 23/09/1888 de Pierre Delamare fils de Florine Marie Delamare

Baptême le 26/01/1890 de Jules Demonchy fils illégitime de Celina Demonchy veuve Delamare.

Angèle quittait chaque jour le domicile familial pour aller mendier dans les villages environnants. Elle rentrait le soir en rapportant à sa mère les aumônes qu'elle avait reçues, mais depuis le 17 novembre elle n'était pas rentrée.

Faits divers : Assassinat d'une petite mendiante.

Cette terrible histoire aura un écho important et sera reprise par plusieurs journaux de la presse nationale, j'en fais ici une compilation.

"Dans la journée du 23 novembre 1884, un garde-chasse, Monsieur Lamouret, trouvait dans le "bois des Dix" ( bois situé sur la route de Clary-Bertry, appartenant au territoire de Montigny), le cadavre d'une petite fille affreusement mutilé : La victime était couchée sur le dos. La tête etait presque détachée du tronc et n'y etait plus retenue que par la colonne vertebrale. La peau de sa joue droite semblait avoir été rongée par les animaux du bois. Elle tenait dans sa main droite crispée deux pièces de 10 et 5 centimes. à un mètre d'elle se trouvait sa besace, vide et trouée".

Cette petite mendiante, nommée Angèle Delemare, agée de 7 ans, n'était pas rentrée chez elle depuis le 17 novembre.

Ce jour là on l'avait vu en compagnie d'un nommé Auguste Courtin, dans le village de Bertry, se dirigeant du côté du bois des Dix. Depuis elle n'avait pas reparu.

Courtin, arrêté quelques jours plus tard, à Walincourt, nia être l'auteur de l'assassinat. 

 

L'accusé

Alexandre Courtin, agé de 29 ans, né le 9 novembre 1853 à Cambrai etait ouvrier menuisier. Courtin reconnut être l'homme dont les témoins ont donné le signalement.

Il convint être sorti du village le 17 novembre vers 15h15, se dirigeant vers Clary, passant devant la maison de Mr Jacquemin, l'une des dernières du village, mais il prétendit, malgré les témoignages, qu'il était seul.

Il reconnut bien que c'etait lui que les sieurs Jacquemin, Hutin et Meresse avaient vu entrer dans Bertry à 16h par la route venant de Clary. Mais, en contradiction avec les déclarations du jeune Dozière il soutint, ne pas être allé jusqu'au bois et donc n'y avoir pas pénétré. Pour justifier de son emploi du temps entre 15h15 et 16h00, il prétendit avoir dormi sur le bas-côté du chemin.

Ensuite Courtin se rendit à Montigny dans un cabaret. De là, il alla achever la soirée dans un autre cabaret de Ligny, où l'on remarqua qu'il était, contre son habitude, triste et préoccupé.

Le lendemain il partait pour la Belgique et, après avoir passé quelques jours aux environs de Tournai, il rentrait en France et se présentait, le 22 novembre, chez son père à Neuville Saint Rémy, où il passa la nuit, en profitant pour essayer de faire nettoyer par sa soeur le pantalon qu'il portait le jour du crime. 

Un expert commis pour examiner les effets de Courtin, attesta que le pantalon, le mètre de menuisier et le porte-monnaire de Courtin etaient tachés de sang. Invité à s'expliquer Courtin prétendit que ces taches provenaient d'une légère blessure qu'il s'était faite en travaillant.

Le jour du crime, la femme Vieville de Bertry, avait donné un bout de pain à la petite mendiante vers 15h00. Elle put confirmer que la besace de l'enfant était pleine à ce moment précis. La petite fille avait été vue, devant l'une des dernières maisons de Bertry, en route vers Clary, en compagnie d'un homme étranger au village, paraissant ivre et dont le signalement correspondait au suspect. 

La besace fut retrouvée vide auprès du corps de la victime, ce qui laisse à penser que le mobile du crime etait le vol.

Les témoignages 

"Vers 16h15, un jeune vacher nommé Dozière qui faisait paître ses bestiaux près du bois, y vit entrer Angèle avec cet individu, puis Un quart d'heure plus tard, en sortir seul, l'air très inquièt. Arrivé à la lisière du bois l'individu regarda à droite et à gauche, comme s'il craignait d'être vu. Il ne tarda pas à apercevoir Dozière et se dirigea vers lui d'un air tellement farouche que celui-ci regagna ses Bestiaux.

Peu après Courtin regagna Bertry et passa cette fois seul devant la maison de Mr Jacquemin. Celui-ci le vit accoster Mr Meresse pour lui demander son chemin. Mr Meresse vit qu'il avait du sang sur les mains.

Témoignage confirmé par Mr Hutin, voisin de Mr Meresse.

Le Procès 

Courtin fut jugé le 4 mars 1885, par la cour d'Assise du Nord à Douai.

Mr Fleury, l'avocat Général réclama la peine de mort.

Mr Hattu, avocat de Courtin discuta pied à pied, argumentant sur l'incertitude du jour du crime. A supposé qu' Angèle Delamare soit bien entrée dans le bois le 17 novembre, rien ne prouvait qu'elle n'en soit pas sortie, auquel cas l'accusation tombait.

Le jury ne se laissa pas convaincre par ce raisonnement, mais il écarta la préméditation et le vol. Il admit des circonstances atténuantes en faveur de Courtin qui fut condamné à 20 ans de travaux forcés.

Plan affaire angele

 

André Douay  que je remercie est parvenu à obtenir les quelques documents conservés aux Archives Départementales. La lecture est décevante car elle ne répond pas à nos questions quant au mobile du crime, ni à ce qui a amené les circonstances atténuantes qui furent accordées à l'auteur.

Ces documents sont consultables dans la rubrique Album photo de ce blog, lien ici

Nota : 

Après parution sur les réseaux sociaux, (groupe geneacrimes) j'ai obtenu  des informations complémentaires de François Caron à qui j'adresse mes plus vifs remerciements : 

-  Le dossier pénitentiaire de Courtin est disponible aux ANOM. On y lit qu'il avait déjà un casier pour vol 10 ans avant le crime, a été déporté au bagne de Nouvelle-Calédonie, qu'il a bénéficié de plusieurs remises de peine et finalement décédé à Nouméa en janvier 1923.

- le 12 janvier 1880 à Clary (acte enregistré le 18) naissance de Céline Augustine Delamare, fille de Auguste Théodore Delamare et de Célina Demonchy "mariés en face de l'église"

- Célina Demonchy, mère de la victime, est décédée le 11 avril 1907 à Clary, à l'âge de 52 ans.

 

 

 

 

  • 12 votes. Moyenne 4.6 sur 5.

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.