A la recherche du temps perdu....

René Delépine

 René Delépine Matricule 725

-Cette photo de René est abimée : elle  est restée dans le portefeuille d'Eugène sa vie entière. Les deux frères,  n'avaient qu'une année de différence ils étaient très proches dans leurs jeunes années-

Né le 6 août 1894, René à tout juste 20 ans quand éclate la guerre, il est célibataire, il travaille comme boulanger à Caudry et aussi à domicile. Sa fiche signalétique : cheveux chatains, yeux gris, front moyen, nez moyen visage ovale,  pas de signe particulier . Degré d'instruction 2 (sait lire et écrire).

Incorporé à la 6e section de Commis et ouvriers le 22 août 1914. (6è Région militaire - voir le site chtimiste ),  : les sections de Commis et ouvriers travaillent au ravitaillement, c'est son statut de boulanger qui lui vaut cette 1ère affectation.

Cependant, comme beaucoup d'autres, lorsque Verdun réclamera son lot de chair à canon, il sera versé dans une unité combattante : Reconnu apte à l'infanterie par décision de la commission de réforme du Mans le 5 juillet 1916, il rejoint le 117è Régiment d'infanterie le 12 de ce même mois, puis le 164è RI à compter d'août 1916.

Fin 1916, son régiment sera engagé dans la bataille de la Somme puis en 1917, dans la 2è bataille de la Marne, les monts de Champagne, la bataille  de Moronvilliers. Moronvilliers était un village de la Marne, situé à une 20è de kilomètres de Reims. Il a été totalement détruit pendant la guerre.

moronvilliers-17.jpg                                 moronvilliers-1917-2.jpg

  Ces quelques photos sont issues de recherche sur moteur de recherche google image, sans clause de restriction d'usage.

moronvilliers-1917.jpg

 

 

 

 

 

Pour sa conduite René Delépine obtiendra une citation à l'odre de la Division :

Grenadier d'une très grande bravoure. Le 12 octobre 1917 a pris part à un coup de main dirigé sur un ouvrage ennemi puissamment organisé. A franchi un barrage extrêmement dense de grenades et d'obus. A pénétré dans les lignes adverses. A été tué au cours d'un combat corps à corps très violent qui a infligé à l'ennemi des pertes sérieuses. Croix de guerre etoile d'argent.croix-guerre.jpg.

 

C'est au cours de cette action que disparait René Delépine, le 12 octobre 1917 au Téton, massif de Monronvilliers.

Son corps déchiqueté derrière les lignes ennemies ne sera pas retrouvé.

Avis de disparition du 8 novembre 1917 établi par le ministère de la guerre :

avis-disparition-rene-delepine-001.jpg

 La commune de Moronvilliers n'existe plus et son emplacement est en zone interdite, elle a été incorporée dans le camp militaire de Suippes.

Encore aujourd'hui, il arrive que l'on retrouve les restes de soldats disparus pendant cette guerre , chaque année ce sont plusieurs dizaines de corps qui sont retrouvés. Je me plais à espérer qu'un jour peut-être , mon grand oncle René sera identifié.

Monument montigny

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 11/11/2020

  • 7 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires

  • Sébastien | Marques Ordinaires
    Un bel hommage à ce pauvre soldat, mort à seulement 23 ans... René aura malheureusement succombé à cette guerre attroce, fauché dans sa jeunesse comme tant d'autres.

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.