A la recherche du temps perdu....

5 octobre 1815 Audille Rousseaux.

#CeJourlà

Dans le cadre du nouveau défi proposé par Marie Mafalda du groupe "Raconter sa généalogie", pour la période du 3 au 9 octobre, j’ai choisi de vous présenter Marie « Odile » ou « Audille » ROUSSEAUX.

Ce jour-là c’est le jeudi 5 octobre 1815, Je ne vous dirai pas qu’il ne se passe rien dans le monde, mais aucun événement marquant ne s’inscrit à cette date.

En France, Napoléon, empereur déchu, disparaît, il vogue depuis le 7 août vers Sainte-Hélène où il est attendu de pied ferme. Il y arrivera le 15 octobre. La seconde restauration vient de succéder aux cent jours, Louis XVIII règne sur le pays.

Napoleon a sainte helene 1 500x330

Par ailleurs, Jean Valjean,  apparaît : 

« Dans les premiers jours du mois d'octobre 1815, une heure environ avant le coucher du soleil, un homme qui voyageait à pied entrait dans la petite ville de Digne. Les rares habitants qui se trouvaient en ce moment à leurs fenêtres ou sur le seuil de leurs maisons regardaient ce voyageur avec une sorte d'inquiétude »  - Victor Hugo - Les misérables.

 

B9723868474z 1 20200702160213 000 ggag87oi1 2 0

A Montigny en Cambrésis, l’homme qui traverse le village, le vendredi 6 octobre à 7h00 du matin, n'est pas un inconnu. Il n’est autre qu’Alexandre ROUSSEAUX, mulquinier, âgé de 33 ans, Il se présente à la mairie pour déclarer son enfant née la veille à cinq heures du soir. Il est accompagné de deux témoins,  son beau-père, Pierre PIGOU et l’instituteur.

Mairie de montigny 1

Comme partout en France la Mairie s’est adaptée, le sceau apposé sur le registre d’état civil a changé.

 Exit l’empire français !

Empire francais

 Vive la monarchie constitutionnelle !

Sceau restauration

Les ROUSSEAU- ROUSSEAUX représentent une branche mineure de mon arbre, ils ne sont que vingt-trois à figurer parmi mes ancêtres.

Entre Jehan ROUSSEAU et moi , trois cent cinquante années de mariages entremêlés pendant 12/13 générations !

C’est ainsi que, par le jeu des implexes, il est dix-sept fois mon aïeul.

Rousseau jehan a moi

Revenons à la naissance d’Audille, puisque c’est ainsi que sera orthographié son prénom. Ses parents Alexandre, et Marie Anne PIGOU, se sont mariés deux ans plus tôt. En 1814 naît leur fille aînée, Sylvie.

En 1818 les fillettes accueillent  leur petit frère Valentin qui, hélas, n’atteindra pas l’âge adulte. Il mourra à 11 ans en 1829.

Puis ce sont deux garçons qui arrivent dans le foyer en septembre 1820. La naissance de jumeaux constitue un événement remarquable qui frappe les imaginations et reste vivace durant plusieurs générations dans les récits familiaux. Le fait est que j’ai plusieurs familles de jumeaux parmi mes aïeux, collatéraux et que ma propre mère est née jumelle.

Cigogne

Seul Charlemagne atteindra l’âge adulte, son frère Alexandre décédera à l’âge de 5 ans.

En 1930 naîtra une petite fille Eugénie, qui ne survivra pas.

 

Dans la commune, d’environ six cents âmes, on vit du tissage et de la petite agriculture.

Audille travaille, comme ses parents, l’été aux travaux des champs, et l’hiver au tissage, elle file. Les fermettes du village et des environs ne sont pas suffisamment importantes pour nourrir les familles, les terres sont pauvres et le cheptel réduit. 

Le mercredi 16 février 1842, elle épouse Victor Omer GAVE, lui aussi originaire de Montigny en Cambrésis.  C’est, sans surprise,  son cousin au 4e/5e degré.

Cousins gave rousseau

Il est également à la fois petit cultivateur et tisseur, mais il va prendre le train du progrès en marche.

Depuis la fin du Moyen Age, la région du Cambrésis était réputée pour ses batistes (toiles de lin très fines). En 1789, les mulquiniers (tisseurs) travaillaient sur 13 029 métiers à tisser en bois installés dans tous les villages du Cambrésis. Cependant, après 1790 et l'émergence du coton, l'industrie locale a été forcée de se reconvertir. Les métiers à tulle, d'abord importés par les Anglais, se sont rapidement imposés à Valenciennes, Calais, Saint-Quentin, puis au cœur du Cambrésis. Les premiers métiers caudrésiens sont installés en 1825. En 1827, Caudry compte 25 fabriques et 220 métiers consacrés à la production du tulle de coton. L'adaptation en 1838 du système jacquard aux métiers à tulle par Jourdan et Fergusson donne naissance à la dentelle dite mécanique. La dentelle sera désormais produite par des métiers dits leavers. Victor Omer sera l’un de ceux-là ainsi que l’un de ses, fils Victor Léopold (1842-1907).

Tulliste

Audille et Victor GAVE auront six enfants, cinq garçons et une fille entre 1842 et 1857. Leur fille Audille GAVE est mon arrière-arrière-grand-mère.

Audille Rousseaux s’éteint le 14 juin 1893 à soixante-dix-sept ans.

Son mari Victor mourra entre 1906 et 1907. Il est présent au recensement de 1906 chez sa belle-fille Sidonie ROSSIGNOL, veuve d’Alexandre (1847-1903). Il est décédé sur l’acte de décès de son fils Victor Léopold le 4 août 1907 à Caudry.

Eglise montigny 2

 

Audille GAVE (1844-1887) épousera Augustin LEFORT (1830-1899). Ils auront 5 enfants dont  Audille LEFORT ( née AUDILLE , elle deviendra ODILE par l'usage) épouse de Jean Baptiste BREVET. 

Une génération plus tard, c'est le prénom d'Odile qui sera attribué à mon arrière grand-tante Odile LEFORT épouse de Raymond SANDRAS.

Petit clin d'oeil dû au hasard, ou pas, j'ai actualisé le prénom, ma fille se prénomme Aude.

 

Vous pouvez retrouver les données généalogiques ICI

 

Date de dernière mise à jour : 05/10/2022

  • 3 votes. Moyenne 4.7 sur 5.

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.