Cetait au temps ...

J comme Jarnac (Bataille)

Jarnac

 

 

Je vous parle de la bataille de Jarnac et non du « coup de Jarnac » à l’origine plus incertaine.

Tout commence ainsi

23 septembre 1568 : Édit de Saint-Maur . Le roi Charles IX à la tête des factions catholiques extrémistes, veut faire arrêter Condé et Coligny. Ces derniers trouvent refuge à La Rochelle. Le roi ordonne alors par l'édit de Saint Maur, l'interdiction du culte protestant et la suppression de toute liberté de culte. Les réformés sont privés de leurs charges et de leurs biens.

Les armées catholiques et protestantes s'affrontent à Jarnac, près de La Rochelle, le 13 mars 1569. Ainsi débute la troisième guerre de religion.

Dans le Cambrésis   :

Le Cambrésis est terre huguenote, Jeanne Lefrancq la mère de Jean Calvin, de son vrai nom Jean Cauvin serait né à Cambrai dans l’auberge de ses parents « Les XVII provinces »

Si le protestantisme apparait dès le début des années 1530 en Cambrésis, l'installation des Jésuites à Cambrai en 1562 marque le véritable début de cet affrontement qui perdurera jusqu'au début du XVIIIe siècle.

Une révolte protestante se produit au Cateau en août 1566. Des meneurs huguenots venus de Valenciennes sont à l’origine de celle-ci. Jusqu’au printemps de 1567, l’autorité de l’évêque de Cambrai, suzerain du Cateau, est fortement contestée, ce qui entraîne une brutale répression des émeutiers par les soldats espagnols du roi Philippe II. Exécutés par pendaison ou bannis de la cité, les principaux meneurs de cette révolte sont punis.

Dans le Cambrésis, presque toutes les localités d’ou viennent les protestants sont échelonnées le long de la frontière, au nord-est du Catelet : Prémont, Serain, Elincourt, Clary, Ligny et, beaucoup plus à l’est, au delà du Cateau, Fesmy. Quant aux Églises un instant si florissantes du Cateau et Honnechies, il n’en reste plus trace. Prémont, au contraire, en 1592-1595 garde encore trace de l’Église de 1566 : il figure pour 11 baptêmes et 4 mariages ; Clary pour 12 et 1.
.../...
D’abord on sent la joie générale dans tous ces petits groupes longtemps condamnés à ne pas manifester publiquement leur foi, lorsqu’on apprend le rétablissement du culte au Catelet. On accourt de toutes parts vers le nouveau ministre, on vient en bandes du même village : le 4 novembre 1592, après son premier prêche, Du Moulin baptise neuf enfants, dont cinq amenés de Clary, deux de Bohain, un de Saint-Quentin. (extrait de histoire du protestantisme en France)

Au cours de cette période, malgré une répression catholique implacable, de petits groupes de protestants réussiront pourtant à survivre dans la clandestinité, jusqu’au XIXe siècle et le « Réveil ».

 

Dans mon arbre :

De cette époque lointaine je citerai :

Abraham LENGLET, fils de Pierre et de Jeanne OBLIN (baptisé au temple protestant de Le Catelet en 1594).

 

Mais aussi le nom de SOHIER présent sept fois dans la liste de mes ancêtre ! (des Sohier du Vermandois se sont établis à Bertry entre le XIe et le XVe siècle, une étude complète sera réalisée ultérieurement)

Sohier condamne

"Le premier martyr connu à Cambrai avait été dès 1562 un nommé SOHIER ... les hérétiques et huguenots, dont le fils de ce mesme qui fut brûlé tout vif, ."

Témoignage de Jean le Carpentier, moine de St Aubert presque contemporain de ces événements écrivait en 1664:

 "Il semble que l'on entre dans un pays d'anthropophages où l'on ne voit que des hommes traînés sur des claies, des bourreaux qui arrachent des entrailles, qui mettent des corps en quartiers et des membres humains dégouttant encore le sang, pendus aux plus visibles places des villes et des villages, comme les tapisseries de l'ancienne cruauté des plus barbares orientaux"

 

 

Date de dernière mise à jour : Ven 11 nov 2022

  • 6 votes. Moyenne 5 sur 5.

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.