Cetait au temps ...

La ch'tite famille

Pour que nos ancêtres prennent vie au fil de la plume 

  • En mémoire d'Esther Angel

     

     

    Poeme deportation

     

    Esther, tu étais l'amie de maman.Toutes deux réfugiées avec votre famille à Tharon-Plage (44).

    Vous n'aviez pas 16 ans.

    Tu chantais, Bei mir bist du schein, cette célèbre chanson d'amour traditionnelle yiddishtoi qui avais été élevée dans le culture Ladino.

    Tu aurais eu 94 ans ce 9 novembre, mais la vie pour toi s'est arrêtée dans le plus immonde des lieux, Auschwitz.

    Esther Enfant, puis Adolescente avec ses soeurs et cousins à Berck-Plage,

    8 009  Tharon 1940 Famille Angel.jpg 

     Esther .jpg Esther quelques mois avant son arrestation.

     

    Une partie de mon site familial est concacrée à la famille ANGEL, vous pouvez en prendre connaissance ici 

     

     

  • Vitaux Jean-Cornil 4 novembre

     

    Procession a bertry

    Reconnaissez-vous ce petit berger, en tête d'une procession à Bertry ? Procession des rogations ou de la fête-Dieu ? 

     

    Jean-Cornil VITAUX, se trouve être l'arrière-petit-cousin de mon père par les PRUVOT de Bertry , et l'arrière-petit-cousin de ma mère par les LECOMPTE de Clary. Par ailleurs, la famille Vitaux a toujours entretenu des liens étroits d'amitié avec la famille Lenglet.

    Jean Cornil naît à Bertry le 4 novembre 1927, de Frédéric et Ismérie HERBET. A sa naissance il a deux soeurs, Flora née en 1922 et Marie-Louise née en 1925.

    Il fait sa communion solennelle à la fête Jeanne d'Arc, qui se situe le 2è dimanche du mois de mai, donc le Dimanche 14 mai 1939

    J cornil vitaux communion

    Frédéric,le papa, est connu pour avoir été facteur pendant 35 ans à Clary, Caullery, Ligny et Caudry, mais il est également petit cultivateur.

    C'est cette profession qu'exercera Jean-Cornil, il fréquente le cours d'agriculture de Clary (le 2è à gauche):Ecole agriculture clary

     

    Jean Cornil épousera Paulette Leclerc à Caudry en 1954. Le couple aura un fils, Pascal.

    Jean Cornil a quitté ce monde le 12 mai 2013 à l'age de 85 ans.

     

  • Loin des yeux, loin du coeur

    Loin des yeux loin du coeur

    L'amoureux égaré :

     

    Eugène HERLEM voit le jour le lundi 8 octobre 1883 à Clary (59), il est le fils d'Eugène et de Prospérine CORBISEZ. Il exerce comme beaucoup le double métier de tisseur et d'ouvrier agricole occasionnel.

    Eugène est un petit blond (1m62) aux yeux bleux sans caractéristique particulière.

     

    De 1905 à 1907, il effectue son service militaire, il en sortira avec un certificat de bonne conduite et passera dans la réserve. Il sera nommé sergeant en 1910 suite à des périodes militaires effectuées régulièrement.

     

    Eugène épouse à Bertry le 31 juillet 1907, Léonie LAMOURET (1887/1977), épeutisseuse, fille de Modeste Lamouret et Elise COET

     

    De cette union vont naître 4 enfants : Eugène 1908, Lucien 1910, Marcel 1912 et enfin Georgette 1913.

    La guerre éclate,  Eugène ne sera pas blessé, il sera juste évacué du front pour maladie entre le 7 juin et le 21 juin 1916. Cependant, son épouse ne reçoit aucune nouvelle de lui pendant la durée du conflit.

    En 1917 il est posté à au dépot du 147è RI à Saint-Nazaire (Loire Inférieure) en tant que sous-officier instructeur.

    C'est là qu'il "perd la tête" pour une jeune demoiselle Marie Grandin , 22 ans, qu'il épouse le 16 octobre de la même année. Eugène Herlem s'est fait établir de faux papiers au nom de Eugène WATREMEZ, célibataire.

    La Guerre terminée, et les communications rétablies, l'épouse délaissée qui vit à Bertry dans le plus grand dénuement, se met en recherche de l'époux volage, dont on finit par retrouver la trace. Léonie dépose plainte et son époux est arrêté le 17 décembre 1919, arrêté pour bigamie et faux en matière d'état civil.

    Il sera jugé et condamné à 3 ans de prison et 100 Francs d'amende. Cependant il sera amnistié en 1921.

    Le divorce du couple sera prononcé le 23 avril 1932.

    Eugène décèdera le 27 novembre 1961 à Pontchâteau (44)

    Eugene herlem watremez

     

     

     

     

  • Halloween 2020

    Sosa 666

    Puisque rien n'est comme d'habitude, célébrons cet Halloween 2020 derrière notre écran.

    Mon "bon petit diable" se nomme Pierre LEDIEU, fils de Pierre et Magdeleine SORLIN. C'est un de mes ancêtres à la 10è génération.

    Né vers 1650 à Caudry, il y décède et est inhumé le 19 novembre 1712 .D pierre ledieu 1712

    C'est dans la basilique Ste Maxellende de Caudry que Pierre LEDIEU fera bénir son union avec Marie SELLIER, le 2 mai 1676. 

    Basilique caudry

    Pierre ledieu x sellier 1676

     

     

     

     

     

    Le couple aura 6 enfants dont une fille Marie Madeleine (1681-1766) épousera Daniel DENOYELLE, un petit gars de BERTRY.

     

    Pierre LEDIEU etait fermier au Tronquoy. Le Tronquoy désigne à la fois un hameau et une propriété foncière importante. Le hameau a fait partie du territoire de  Caudry jusqu'en 1757. Un arrêt rendu par la Chambre du Parlement de Douai, appliqué à la date du 8 août 1761, rattache les fermes du Tronquoy à la paroisse de Montigny en Cambresis.

    Ferme 2 tronquoy 001

     

    Les Ledieu occupaient la 2è ferme, connue sous le nom de ferme Millot, enclavée entre celle des Le Gentil et celle des Tamboise. Jacques Millot ayant épousé une descendante des Ledieu : Angélique Julie.

    Ferme tronquoy ledieu

     

  • François le Polonais

    Francois wizniewswki

    François WIZNIEWSKI est né à Gnojnik au sud de la Pologne près de Brzesko en 1904.

    Gnojnik eglise pologne

    Il fait partie de la diaspora polonaise du début du XXè siècle. Dans les années 20, ce sont environs 700 000 polonais qui arrivent en France, paysans, ouvriers, recrutés par la "mission française pour le recrutement de la main d'oeuvre. Le bassin minier du Nord Pas de Calais représente la principale destination de ces immigrés.

    François se marie à Jeanne  OLZICK, leur fille Marie-Jeanne a épousé Jean LEFORT de Montigny en Cambrésis. François quittera ce monde en 2004, à 100 ans.

    J'ai bien connu François, je me souviens de  sa célèbre choucroute qu'il venait préparer dans le laboratoire de charcuterie de mes parents et qu'il entreposait dans un grand tonneau.

    Les terribles évènements récents, la décapitation de Samuel Paty, et l'attentat terroriste de la basilique de Nice ont inspiré cette lettre à Sylvère Lefort,enseignant, petit fils de François WIZNIEWSKI et de Maurice LEFORT 

    Francois wizniewski 001

     

    le document étant peu lisible en l'état en voici la transciption :

    Lettre ouverte et posthume à François le Polonais.

    Mon cher grand-père, tu as quitté ce bas monde en 2004, quelques mois après ton 100ème anniversaire.

    Arrivé de Pologne, donc émigré et immigré, tu es venu dans les années 1920, fuyant la misère, ayant enterré toi-même ta sœur de 8 ans morte de la grippe espagnole, trouvant en France un espoir de vie, de travail, d'avenir.

    Et ainsi, tu es venu, as travaillé, tellement heureux d'être admis dans une nation qui t'accueillait et que tu as épousée en te naturalisant Français puisque tu l'étais désormais.

    Puis, la barbarie du nazisme, la guerre, donc maintenant Français, tu es parti te battre, normal pour toi, puisque intégré à part entière.

    Puis, prisonnier 5 ans dans les stalags, etc..... Resté en vie par chance et courage.

    Retour enfin à ton activité d'ouvrier agricole.......paix revenue.

    Cependant, dans ton village, qui est aussi le mien, tu fus jusqu'à sa fin, le porte-drapeau des anciens combattants, fier et reconnaissant de la nation qui t'avait accueilli.

    Alors donc, quelle leçon ?

    Je me garderai bien de donner à quiconque des leçons, n'étant pas moi-même exemplaire.

    Je me demande simplement ce que toi, François le Polonais penserais de cette période trouble et anxiogène, à tant d'égards.

     

    François le Polonais tu t’es intégré à la France, tu as été intégré immédiatement par la France, puisque telle était ta volonté, tel était ton état d’esprit. Tu as bénéficié de ses droits, tout en t'acquittant de ses devoirs...je vous laisse imaginer quels furent les devoirs en 1940...

    Bon, je n'ai pas la prétention de refaire l’histoire...juste un dernier souvenir d'enfance. Hormis les clichés de famille chez mes grands-parents, il y avait Jean Paul 2 (ben oui, Polonais) et aussi le Général de Gaulle.

    Bon courage et bien à vous tous.

    Sylvère Lefort

    29 octobre 2020

     

  • Angèle Delamare

    D'après une série d'articles de presse découverts sur Retronews 

    Justice

    Chronique de la misère quotidienne.

    La victime :

    Angèle Delemare etait une petite fille  agée de 7 ans en 1884. Nous ne connaissons pas son lieu de naissance. Elle habitait Clary, avec sa maman Florine Marie Delamare, dont nous ignorons tout également. 

    Trouvés sur le le site de Clary en Cambrésis :

    Inhumation le 10/02/1884 de Delamare Céline 4 ans.

    Baptême 14/12/1884 Baptême de Demonchy Céline Augustine, fille de Demonchy Marie Célina. Marraine Delamare Marie

    Inhumation le 25/11/1884 de Delamare Angèle 7 ans.

    Baptême le 23/09/1888 de Pierre Delamare fils de Florine Marie Delamare

    Baptême le 26/01/1890 de Jules Demonchy fils illégitime de Celina Demonchy veuve Delamare.

    Angèle quittait chaque jour le domicile familial pour aller mendier dans les villages environnants. Elle rentrait le soir en rapportant à sa mère les aumônes qu'elle avait reçues, mais depuis le 17 novembre elle n'était pas rentrée.

    Faits divers : Assassinat d'une petite mendiante.

    Cette terrible histoire aura un écho important et sera reprise par plusieurs journaux de la presse nationale, j'en fais ici une compilation.

    "Dans la journée du 23 novembre 1884, un garde-chasse, Monsieur Lamouret, trouvait dans le "bois des Dix" ( bois situé sur la route de Clary-Bertry, appartenant au territoire de Montigny), le cadavre d'une petite fille affreusement mutilé : La victime était couchée sur le dos. La tête etait presque détachée du tronc et n'y etait plus retenue que par la colonne vertebrale. La peau de sa joue droite semblait avoir été rongée par les animaux du bois. Elle tenait dans sa main droite crispée deux pièces de 10 et 5 centimes. à un mètre d'elle se trouvait sa besace, vide et trouée".

    Cette petite mendiante, nommée Angèle Delemare, agée de 7 ans, n'était pas rentrée chez elle depuis le 17 novembre.

    Ce jour là on l'avait vu en compagnie d'un nommé Auguste Courtin, dans le village de Bertry, se dirigeant du côté du bois des Dix. Depuis elle n'avait pas reparu.

    Courtin, arrêté quelques jours plus tard, à Walincourt, nia être l'auteur de l'assassinat. 

     

    Lire la suite

  • 4 années plus tard...

    Bonjour à tous

    Notre site familial s'offre un relooking ! plus moderne,  j'ai tenté cependant de conserver l'ambiance "souvenirs d'antan"

    Objectif : optimiser l'affichage pour les mobiles : smartphones et tablettes.

    Faites moi savoir si vous appréciez cette nouvelle interface ou si au contraire, vous rencontrez des difficultés...

    Je ne pensais pas, lors des débuts de ce site familial, qu'il obtiendrait autant d'échos (plus de 28000 visites) et m'ouvrirait autant de perspectives.

    Dès les premiers temps j'ai été agacée par toutes les publicités qui s'ouvraient, à chaque page, j'ai donc fait le choix de la version payante pour plus de confort, et de sérénité. les pages ne sont pas toutes de joyeux souvenirs.

    De thème en thème le fil d'ariane se déroule, des petits cousins se découvrent, les souvenirs s'enrichissent. Le seul frein est le manque de temps.

    J'en profite pour vous rappeler, que le site est ouvert à tous. Si l'un d'entre vous veut créer une page, mettre un personnage en lumière... pour employer un mot à la mode le site des bien volontiers "PARTICIPATIF"

    A vous claviers, si le cœur vous en dit.

     

  • Nouveautés 2020

     

    Ce blog d'histoire locale et familiale continue sa progression. Merci de votre fidélité et de vos encouragements.

    Parce qu'il est toujours motivant de se confronter à de nouveaux exercices et de bousculer certaines habitudes , j'ai rejoint le groupe "de la généalogie à l'écriture".

    Nouveautés :

    le Rendez-vous ancestral  (#RDVAncestral) Dame blanche

    Défi généalogique initié par Guillaume Chaix :

    Un rendez-vous mensuel, le 3è samedi de chaque mois, est lancé aux  généalogistes blogueurs (et pas que, d’ailleurs) en proposant de mêler généalogie et littérature.

    Le principe est simple : partir à la rencontre d’un(e) ancêtre à une époque donnée et laisser aller son imagination.

    Sous des apparences relativement simples, l'exercice s'avère en réalité assez difficile pour moi, cette rencontre improbable n'ayant rien de naturel.

    L'objectif, en dehors de l'exercice littéraire, vise  à prendre conscience de notre perception du passé familial de telle ou telle branche.

     le Challenge AZ (#challengeAZ)  Challengeaz 2019 le formulaire d inscription est en ligne illu l

    auquel je participerai pour la 1ère fois et que j'espère mener à son terme :

    Initié par la gazette des ancêtres.

    Durant tout le mois de novembre , chaque jour (sauf le dimanche), les participants publieront un article, avec pour fil rouge l'alphabet : le premier jour, le titre se référera à la lettre A, puis à la lettre le B le deuxième jour... et ainsi de suite jusqu'à la lettre Z le dernier jour.

    Le #GénéaSaint, sur une idée de Chirstiane Bruneau. Saints du jour

    Publier un article sur un personnage de notre arbre dont le prénom correspond au Saint du jour.

    A bientôt pour ces divers rendez-vous. N'hésitez pas à manifester votre intérêt par une note au moyen des 5 etoiles png 5ou par un petit commentaire.

    amitiés bises

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.