Cetait au temps ...

La ch'tite famille

Pour que nos ancêtres prennent vie au fil de la plume 

  • Des erreurs au Journal Officiel

    Lors de récentes recherches sur la famille CIRIER j'ai découvert deux inscriptions au Journal Officiel :

    Tout d'abord Lucien CIRIER, pilote lors que la première guerre mondiale, citation à l'ordre de l'armée en 1917 :

    Cirier lucien citation armee    Jo du 10 08 1917

     

     

    N'ayant aucune information précise sur ses ascendants je lance les  recherches sur tous les sites habituels : Geneanet, Ancestry, Fillae, MyHeritage. 

    Résultat ? Rien ! J'ai affaire à un fantôme.

    Cependant je trouve une possible piste en 1938 : un certain Colonel  Lucien François André CIRIER , est élevé à la dignité de Grand Officier de l'ordre Nichan el Anouar. (ancien ordre du mérite colonial). Se pourrait-il que ce soit la même personne ?

    1938 nichan el anouar

     

     

     

     

     

    Dans l'impasse quant à la possibilité de raccrocher ce personnage à une branche de mon arbre, je me résous à faire appel aux spécialistes de la guerre.

    Je lance un message à mes amis du  forum.pages14-18 et du  39.45 Le monde en guerre.

    La solution de l'énigme n'a pas tardé à tomber : il s'agit d'une double erreur de patronyme du Journal Officiel à 20 ans d'intervalle !

    Dans les deux cas il s'agit de Lucien GIRIER et pas CIRIER ! Rien à voir avec notre famille, il s'agit d'un lyonnais.

    Cela paraît fou mais c'est ainsi !

    Moralité : "Ce n'est pas parce que c'est paru au JO que c'est exact !" Gardons le sourire.

    Philippe Geluck : l'humour est une branche de la philosophie.

    Croix 1

     

     

     

     

     

     

  • Nos ancêtres et la justice

    En septembre dernier la France a commémoré l’abolition de la peine de mort il y a tout juste quarante ans, en 1981.

    Les condamnés à mort ne sont, Dieu Merci,  pas légion dans les arbres. Aussi, afin de coller à cette actualité, le groupe Geneatech nous propose  un thème plus général autour de nos ancêtres et la justice.

     Ce thème est fait pour moi  ! J'ai un certain nombre de délinquants dans mon arbre. Il ne s'agit pas forcément "d'ancêtres". J'inclus tous les collatéraux, les quelques 12000 individus de mon arbre sont essentiellement des "gen-cousins".

    On peut se poser la question :

    Existe-t-il un gène de la criminalité ?

    D'après une étude, publiée dans la revue Molecular Psychiatry, sur près de 800 Finlandais, emprisonnés pour des crimes violents et délits sans violence, comparés à la population générale, deux gènes mutés, appelés MAOA et CDH13, seraient "associés à des comportements extrêmement violents". C'est-à-dire au moins 10 tentatives d'homicides ou homicides.

    Cependant il ne faut pas en tirer de conclusion hâtive : les deux versions des gènes mutés sont "plutôt courants", jusqu'à un individu sur cinq en est porteur, et parmi eux la vaste majorité ne commettra jamais de viol, d'agression ou de meurtre. Les chercheurs ont trouvé deux gènes qui ont l'effet le plus important sur le comportement agressif, mais il y a probablement des dizaines ou des centaines d'autres gènes qui ont un effet. (source Science et avenir)

    Nous voilà rassurés ! je peux donc sans crainte vous lister les différents cas qui jalonnent l'histoire de notre famille élargie. Comme ils ont fait l'objet d'articles sur mon blog, je vous renvoie vers ces billets pour plus amples détails 

    Je commence par :

    Pierre Antoine Yamollet  (~1760-1812) : Il avait fait l'objet d'un article, lettre Y, lors du challenge AZ 2020. J'en suis toujours au même point : je ne connais pas la raison qui l'a conduit au bagne. La personne qui m'avait contactée pour une émission de télévision m'a recontacteé avant l'été, le projet n'est pas abandonné. Conformément à l'accord pris avec eux, je n'effectue aucune recherche sur lui.

    Pour suivre quatre "repris de justice" - voir les articles -:

    Louis Afchain (1823-1887) assassin pour trois francs.

    Célestin Louis Ciriez (1875-?) le bad boy, escroc et déserteur.

    Octavie Leconte (1879-1948) la cousine empoisonneuse.

    Henri Lenglet, le Mandrin (1906-1961) soldat déserteur et contrebandier.

    Pour terminer :

    Marcel Barbeault, (1941- ) le tueur de l'ombre .

    S'agissant de ce dernier cas, ou de cas similaires,  j'ai noté quelques remarques critiques, sur le fait que l'on puisse évoquer une telle parenté dans un blog. Il ne s'agit pas là de mettre ces individus à l'honneur.

    Simplement, pour paraphraser Mark Twain : "les faits sont têtus, il est impossible de s'arranger avec la généalogie".

    Quant à l'idée que cela pourrait blesser des contemporains, permettez-moi de balayer l'objection, outre le fait que les média foisonnent sur le sujet, ce qui blesse les familles c'est le comportement des auteurs criminels, pas ce qu'un généalogiste peut écrire.

    Ma liste n'est bien sûr pas exhaustive, je pourrai faire de nouvelles découvertes prochainement. Par Ailleurs, j'ai également plusieurs individus dans mon arbre qui furent victimes  de crime.

     

     

  • papa, bon anniversaire

    Né le 24 septembre 1924....

    Sauf que je ne sais pas écrire sur le sujet. Je l'aimais, il m'aimait, mais s'est-on vraiment "connus". Je suis partie en pension à 10 ans. Nous nous sommes croisés.

     

    Dire que j'ai passé des années
    À côté de lui, sans le regarder
    On a à peine ouvert les yeux
    Nous deux

    J'aurais pu, c'était pas malin
    Faire avec lui un bout de chemin
    Ça l'aurait peut-être rendu heureux
    Mon vieux

    Mais quand on a juste quinze ans
    On n'a pas le cœur assez grand
    Pour y loger toutes ces choses-là
    Tu vois

    Maintenant qu'il est loin d'ici
    En pensant à tout ça, je me dis
    J'aimerai bien qu'il soit près de moi
    Papa

    Papa et domi 1954

  • un an plus tard, le point.

    Voici tout juste un an, je réorganisais mon site de généalogie familiale un peu vieillissant  (10 ans). J'avais besoin d'un nouveau souffle,  d'un nouvel environnement de travail.

    C'est ainsi que tel le phoenix renaissant, mon outil s'est rajeuni, modernisé. La partie blog s'est développée, tout en restant  fidèle à mon concepteur hébergeur : e-monsite dont je suis pleinement satisfaite (ils ont la patience et la pédagogie pour venir à bout  mes difficultés).

    Dans le même temps, j'intégrais plusieurs groupes Facebook de généalogie locale (Nord, Aisne etc) et surtout je découvrais la communauté "Geneatech ainsi que  "De la généalogie à l'écriture", animé par Catherine Livet.

    La situation sanitaire de l'année écoulée a été pourvoyeuse d'heures de loisirs à volonté. Piquée au jeu, j'ai participé à de multiples défis et challenges d'écriture. Seule la pratique permet de progresser. Si j'estime n'être pas trop mauvaise, je dois avouer avoir l'écriture lente voire laborieuse, contrairement à ce que beaucoup imaginent. Bref il reste du travail !

    Pendant tout ce temps VOUS avez été au rendez-vous !

     Vous, les chercheurs d'ancêtres avec lesquels j'échange des données, des idées, des trucs et astuces. Vous qui me remotivez lorsqu'un coup de mou se présente, qui apaisez mes angoisses lorsque je me trouve trop nulle (si! si! ça arrive...) Nous avons créé de magnifiques liens qui vont bien au delà du simple échange de conseils.

    Vous, amis lecteurs qui me suivez régulièrement, avec qui j'ai plaisir à partager mes documents, mes recherches, mes trouvailles. Parce que je ne sais pas écrire juste pour le plaisir d'écrire, j'ai besoin de vous apporter quelque chose de concret. Je choisis mes sujets en conséquence.

    A tous un grand MERCI. Continuez de me faire part de vos encouragements cela fait toujours chaud au cœur. Continuez de me proposer des thèmes, des sujets. J'éprouve beaucoup de plaisir à rédiger un article sur un personnage dont vous m'avez signalé l'intérêt.

    A très bientôt.

     

     

     

     

     

     

     

  • les blés d'or

    Cette année est particulièrement difficile pour nos agriculteurs des Hauts de France, la météo pourrie perturbe la moisson.

    J'étais partie avec l'idée de faire un petit billet, en guise clin d'oeil d'encouragement.

    Jadis

     

    En commencant par la photo d'une paysanne, dite de Bertry. La voici, mais j'ai trouvé exactement le même cliché dans le département de l'Eure et Loir, une moissoneuse de la Beauce.

    Moisson 001      Paysanne beauce

     

    Je serai infiniement reconnaissante à toute personne qui pourra me fournir des informations complémentaires.

    Naguère

     

     photo extraite d'un album familial  :

     sur Montigny en Cambresis en 1908 à la ferme Tamboise, avec, au premier plan, Grand Auguste (celui qui était réputé boire un litre de gnole par jour pour se tenir en forme)

    1908 a montigny ferme tamboise lefort

     

     

     

     

     

     

     

     

    Hier

     

    Sur Clary : vers 1960, Lucien Foulon, le papa de mon époux, à l'époque où les "moiss-bat" n'étaient pas encore climatisées

    Jack gen 005

     

     

     

     

     

     

     

     

    On pense à vous les  amis.

  • Vous avez dit "Marie"

    Marie, décliné sous toutes ses variantes serait le prénom le plus porté au monde... voilà bien un sujet de thème original !  "Racontez-nous vos Marie, avec des statistiques, des biographies, des anecdotes"

    Marie 1

    Ce sont les vacances, ce sera un survol du sujet.

    Marie prenom

    Un rapide coup d'œil à ma base de données ( 12025 individus) indique 1880 Marie, la statistique ramène le chiffre à 1355, en fait elle ne prend pas en compte les noms composés avec trait d'union.

    Il est très probable que cette représentation soit inférieure à la moyenne générale , la raison principale est que la paroisse de Bertry (Nord) "point zéro" de ma généalogie est placée sous la protection de Sainte Anne. Aussi bon nombre de mes aïeules et collatérales portent le prénom d'Anne plutôt que Marie.

    Mon ancêtre ainsi prénommée,  la plus éloignée à ce jour, à la seizième génération, est Marie Jacqueline BONIFACE, censière, née à Boussières en Cambrésis vers 1490, décédée vers 1550, épouse de Philippe Renon BRICOULT.

    Trente et un personnages féminins de mon arbre s'appellent  "Louvet Marie", ou Louvet Marie quelque chose. Joli casse-tête d'homonymes.

    Aucune "Marie Salope" dans ma base, je vous rappelle que c'est un bateau, et qu'aucun cours d'eau ne passe à Bertry.

    Pas non plus, bien sûr, de "Marie-couche-toi-là" : L’expression apparaît au 17ème siècle et en 1876, dans L'Assommoir, Emile Zola fait s’exclamer à l’un de ses personnages : "Les fleuristes ? Toutes des Marie-couche-toi-là (...) Vous savez, je ne suis pas une chienne, je ne mets pas les pattes en l’air quand on me siffle". Le décor est planté, l’expression est sans pitié pour les femmes à la jambe légère. Elle désigne même les loueuses de charmes, les prostituées. Hier comme aujourd’hui, la liberté des mœurs a mauvaise presse.

    Connaissez vous la "Marie j'ordonne" terme employé pour qualifier une femme autoritaire, et la "Marie-bon-bec", qui désigne une bavarde ?

    Une de mes arrière-grand-mère,  Marie TAMBOISE est dite "Marie l'économe", non pas qu'elle fût radine, mais elle était fille d'Auguste dit l'économe, parce qu'il gérait un domaine agricole.

    Et pour terminer, juste avant de retourner au farniente, un des sobriquet de ma base concerne une Marie dite "Marie gros cul" mais vous ne la trouverez pas Joker 1

     

     

     

     

     

     

     

     

Ce site comprend de nombreuses photos.

Pour une meilleures visibilité n'hésitez pas

à cliquer sur chacune d'elles afin de l'agrandir.